Accueil > Informatique > Migration Linux Mint 14 vers 17

Migration Linux Mint 14 vers 17


Linux Mint  version  14 Alias « Nadia » n’est plus maintenue. Mon PC de bureau a donc nécessité une mise à jour. J’ai ciblé la version 17 « Qiana » sensée être LTS (support longue durée).

Plutôt que de réinstaller le système, j’ai tenté une mise à jour à l’ancienne, pensant gagner du temps et faciliter les choses. Le passage de la théorie à la pratique m’a rappelé l’un des principes fondamentaux de l’informatique,  interprété à ma sauce : « Keep It Simple, Stupid » que je traduirai par « Va au plus simple, hé banane! », mais procédons dans l’ordre.

De la théorie …

Mint ne permet pas « d’usine » de pratiquer des upgrades de distribution, contrairement à Ubuntu et Debian par exemple.

Le site officiel conseille une réinstallation « à blanc », mais il existe plusieurs méthodes pour se forcer un passage vers les dernières versions. Les tutoriels sont plutôt nombreux, par exemple:

Il s’agit de modifier un ou plusieurs fichiers dans le répertoire /etc/apt , en y remplaçant les anciens noms de distribution utilisés par Mint 14 par ceux de la nouvelle version.

Les commandes fournies par ces tutoriels fonctionnent très bien. Il suffit de copier / coller et après quelques commandes apt-get classiques dans un environnement de type Debian, l’on devrait se retrouver avec une Linux Mint à jour.

… à la pratique.

J’ai dit « devrait » car dans mon cas cela ne s’est pas tout-à-fait passé comme prévu. En effet, après redémarrage de la machine :

  • Le gestionnaire de connexion ne se lance pas
  • Après quelques manipulations sans trop de rapport, le gestionnaire de connexion a enfin daigné fonctionner, mais l’interface graphique est réduite à un xterm
  • Les temps de réponse permettraient presque de détartrer la cafetière, pétrir le pain et se préparer un thé le temps que ça se passe

J’ai fini par remplacer le répertoire /etc/apt de ma machine par celui de mon netbook, en Mint version 16 et relancé les commandes de mise à jour Le système a alors retrouvé une certaine stabilité, même si d’autres problèmes sont apparus, et le passage vers la version 17 n’a pas arrangé grand-chose.

Cette ribambelle de surprises s’explique, entre autres par diverses bidouilles de modules faites il y a pas mal de temps, pour tester des programmes de musique, sans jamais avoir pu faire un retour arrière par la suite. Les installations depuis les sources sont souvent amusantes, parfois surprenantes, mais tout a un prix.

« Va au plus simple, hé banane! »

Je me suis finalement rangé aux conseils du site officiel : une installation à blanc, avec reformatage de la partition système.

Après quelques applications supplémentaires – rsync, htop, gvim, calibre, eog, remmina et autres rdp, dosemu, wine, gpodder – installées à coups de apt-get install , mon pc était fin prêt, et mes réglages et préférences directement utilisables, sans avoir besoin de tout re-paramétrer. Mes données sont sur une partition séparée et n’ont pas donc été compromises. Au pire, il m’aurait fallu restaurer une sauvegarde.

Petit plus, le PC va un peu plus vite, même s’il ne sera jamais une bête de course à faire baver un hardcore gamer.

Ma Remington restera pour l’heure en version 16 qui est bien suffisante . Je le migrerai après la NaNoWriMo 2014

 

Creative Commons License

Publicités
Catégories :Informatique Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :