Accueil > linux > Linux, cluster, Docker, …

Linux, cluster, Docker, …


Hé oui, je me fais mon petit cluster perso… Ça me faisait envie depuis longtemps.

Pourquoi ? Par curiosité technique, par curiosité tout court, pour utiliser la petite pile de vieilles brêles qui traînent chez-moi, et pour voir ce que je peux en faire.

Le matériel

J’ai dans mon tas trois PC anciens, mais fonctionnels :

  • Intel Dual Core ou AMD 64×2 +/-2GHz
  • RAM 1 ou 2 GO
  • Disque 240 GO ou plus
  • Port Ethernet

La dessus, ajouter un écran, clavier, souris et lecteur DVD pour l’installation du système d’exploitation, et un switch 10/100 pour interconnecter tout ça.

Les disques vérifiés avec SmartmonTools n’ont pour le moment aucun défaut.

Le système d’exploitation

Je pourrais, ou même devrais peut-être utiliser net/free/PC BDS ou une autre variante, mais je suis plus à l’aise avec Linux, pour le moment du moins.

Debian version 8 a été préféré aux Ubuntu Server et autres distributions courantes.

Une installation minimale n’occupe qu’une toute petite partie du disque et de la mémoire. IIRC, ça passait sur un AMDx2 avec seulement 512 MO de mémoire et ça tenait largement sur un disque de 80 GO.

En plus des outils de base, j’ai installé quelques packages intéressants, à mon sens, comme vim, ssh-server et client et d’autres petites fioritures qui ne mangent pas de pain.

Que faire avec un si petit cluster ?

Vu le peu de mémoire de chaque machine, exit les applications les plus gourmandes, par exemple à base de java, exit hadoop, exit MPI, Beowulf & Co, encore que j’ai lu des articles sur des clusters à base de Raspberry pi. On se rassure comme on peut ,d’ailleurs, je vais l’appeler le « Pourquoi pas? »

Ça tombe bien, je n’ai pas besoin d’une grosse base de données, je n’ai pas de masses de données à calculer, pas de craquage de clés RSA en vue…

Par contre, j’aurais bien besoin d’un NAS, s’un serveur Mercurial, d’une machine de build et de tests, d’une petite base de données, … Le cas du NAS mis à part, tout cela tiendrait sur mon PC principal, mais outre surcharger la babasse, je n’apprendrais rien de vraiment neuf dans l’opération.

Docker, Swarm

La conteneurisation, Docker sont des sujets à la « mode » en ce moment. Pour résumer, il s’agit d’isoler les applications – base de données, serveur web, CMS, etc – dans des containers qu’il « suffit » de déployer sur l’un ou l’autre nœud d’un cluster pour les rendre disponibles. Swarm permet d’automatiser le déploiement et l’exécution des containers sur le cluster

En principe, ça devrait tenir sur mes machines. Reste à s’y mettre.

Les prochaines étapes

Pour résumer :

  • Installer Debian Linux sur les trois machines (ou nœuds) du cluster
  • Connecter les trois nœuds sur le réseau local, et y accéder par ssh
  • Installer docker sur chaque nœud
  • Sélectionner un nœud « maître » du swarm
  • Ajouter les autres nœuds au swarm

Même si ça n’a pas l’air très compliqué, ça ne va pas se faire tout seul, et il va falloir y passer du temps. Entre le camp NaNoWriMo d’Avril (je récidive), le potager (je récidive aussi), et tout le reste, on va y aller étape par étape, en documentant au fur et à mesure.

 

Autres billets sur le sujet :

(Licence Creative Commons France | Faire sans contrefaire No$ Share Alike, (c) )

Publicités
Catégories :linux Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. juillet 17, 2017 à 7:04
  2. juillet 17, 2017 à 7:08
  3. juillet 18, 2017 à 7:18
  4. septembre 12, 2017 à 7:34

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :