Accueil > nanowrimo > Pas de billet cette semaine (ter)

Pas de billet cette semaine (ter)


Il faut bien que ça arrive, parfois, non ?

Avec le CampNaNoWriMo d’Avril, j’ai épuisé mon stock d’articles. Et oui, j’avoue, il m’arrive d’écrire j’écris souvent toujours quelques articles un peu en avance, et même si je participe aux CampNano d’Avril en mode light, j’ai forcément eu moins de temps à consacrer à ce blog.

Paperball 2

Alors quoi de neuf, si je n’ai rien en stock ?

D’abord, ce « Camp Nano », avec une cible de quinze mille mots à produire en trente jours, soit cinq cent mots par jour, ne s’est pas passé comme prévu. Mon projet, chaque année, ce sont les « Tranches de Vies » : quelques persos, une situation, on agite, on rince, on démêle un peu, et ça donne un petit « One-Shot ».

La première journée m’a vu galérer comme jamais pour remplir mon quota. A suivi une première tranche, qui est très vite devenue le début d’une nouvelle, puis une nouvelle épistolaire, puis à nouveau une nouvelle pour enfin devenir une chronique.

Ça pourrait s’appeler « De Drepung à l’Ilot Seymour » mais … il y a du travail, comme d’habitude. Au moins j’ai un titre. Le côté « Tranches de Vies » ? Moui, une sacrée tranche, d’une bonne quarantaine d’années, pendant laquelle je suis mes deux persos depuis leurs études, jusqu’à la fin de leurs carrières respectives. Pas de grands drames, toujours pas de plomberie horizontale, mais seulement une complicité amicale et un éloignement géographique (astronomique ?) qui mène à la période épistolaire de l’histoire.

Éclusons le trivial : mon score

Vingt Huit mille mots, avec des hauts et des bas. J’ai dit que je voulais le faire en mode light ? Bon, raté. Mais c’est bien quand-même, je sais encore écrire à peu près régulièrement. Reste à corriger. Et là, je procrastine à fond. J’y reviens plus tard, mais d’abord …

Les points positifs de cette édition 2018

Le tout premier est une reprise de l’écriture après quatre mois d’arrêt total. Non, le blog ne compte pas ! J’ai honte, mais à part Novembre et Avril, c’est le désert. L’antarctique, à côté, c’est une oasis.

Maintenant, un sujet qui fâche : le temps du récit. Je suis fâché avec l’écriture au passé, depuis mon tout premier nano-roman (2010), que j’ai même réécrit au présent lors des corrections. On aime ou on n’aime pas, mais c’est comme ça. « Page Blanche » / « D’où l’on vient » restera au présent, nom d’une pelle ! Oui, je sais, je lui ai donné deux titres, c’est mon côté… « nous » : impossible de me mettre d’accord.

« De Drepung à l’Ilot Seymour » (titre non définitif) a été commencé au passé, avec la ferme intention de m’y tenir. Ce n’est toujours pas un temps que j’affectionne, mais sur ce point, j’ai atteint mon objectif.

Les points négatifs

Je suis passé complètement à côté du côté « Tranches de Vies ». Ce n’est « qu’un » hors sujet flagrant, rien de plus. Ce n’est pas grave en soi. Le vrai problème est ailleurs.

Mon texte est un premier jet, un brouillon, qu’il va falloir corriger, remanier, réécrire en partie. Là, j’ai un gros problème : avec les années, les tranches de vies et autres morceaux de textes se sont accumulés, et s’y ajoutent tout naturellement mes autres productions de Novembre… depuis 2011 !

Des textes, des textes, et encore des textes à reprendre. On s’y met, ou bien on procrastine comme un bourrin des Flandres ? Et même sans procrastiner il y a le quotidien : la famille, le taf, les corvées, les autres projets… argument facile mais c’est la réalité.

Une idée

Pas une idée de roman ou de nouvelles, mais plutôt une direction pour tenter d’endiguer l’ensevelissement sous des tas de textes bruts de décoffrage. L’idée vient de Saya, si je me souviens – un grand merci au passage – et consiste à se fixer un quota quotidien non pas en mots mais en temps de correction.

Je pense mixer ça à l’écriture habituelle, en alternant correction d’anciens textes et d’écriture de nouveaux textes, pour varier les plaisirs, peut-être pour le camp de Juillet, ou celui d’Avril 2019.

En attendant

En attendant, et bien, on va s’y remettre :

  • Alimenter ce blog, avec un ou deux articles d’avance
  • Reprendre les corrections laissées en plan pour cause de pas envie de « il y a le lait sur le feu qui sonne à la porte » de campnano en approche de tout un tas de mauvaises raisons
  • Tenter de terminer quelques-uns de mes « oueurks inne progress ».

Creative Commons License

Publicités
Catégories :nanowrimo Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :