Accueil > life > Canicule, culicidae, choucroute

Canicule, culicidae, choucroute


Une petite râlerie pour commencer ?

Les quelques jours de répit la semaine dernière n’ont pas suffi, et la chaleur a repris de plus belle. Mon temps libre se répartit entre larver comme un ours dans sa grotte et tenter de dormir avec la fenêtre grande ouverte, histoire d’avoir un peu d’air, et espérer un peu de fraîcheur au petit matin. Avec les moustiques – cette partie du village est bâtie sur un ancien marais – quand ce ne sont pas des abrutis qui klaxonnent jusqu’à pas d’heure en braillant des « on a gagné » en oubliant que le « on », ce n’est pas eux, et qu’ils n’ont donc en personne pas mérité autre chose que le mauvais karma d’avoir supporté une compétition de millionnaires dans le pays d’un dictateur déguisé en démocrate. Oui, je râle, oui, la chaleur me rend grognon, je suis de très mauvais poil (et du poil, un ours, ça connaît bien). C’est le côté Mr Butcher du pseudo-duo dont je joue parfois.

Bref, je suis crevé, je dors mal, mes vacances sont encore loin, j’ai pas mal de boulot – encore heureux, tiens !

Tout n’est pas négatif là dedans. Je dors peu et mal, mais ça me laisse pas mal de temps pour gamberger. Les sujets ne manquent pas, à commencer par les projets en attente d’une météo plus favorable.

Le projet bureau refait surface.

J’y tiens, à ce bureau. Ce qui coince, pour le moment, est l’absence de longerons de bois pour relier les pieds en une sorte de U aplati et inversé, comme une antique table de ferme en bois massif, mais avec le montant central déporté vers l’arrière. Un bois dur d’une section de cinq à six centimètres serait l’idéal, avec deux longueurs de 70 et une de 120 centimètres. Malheureusement, soit c’est hors de prix, et ça ne rentre pas dans le budget, soit ça se vend en longueurs de quatre ou cinq mètres, et ça ne rentre pas dans la voiture. Pour la seconde solution, je pourrais couper mes longueurs sur le parking et embarquer les morceaux, mais je suis déjà en mode surchauffe.

Entre deux salves de prélèvements sanguins par ce s@#!es de Culicidae m’est venue l’idée de les fabriquer, ces longerons. On trouve dans le commerce des carrés de pin de trois par trois centimètres en longueur de 2,40 mètres. Il m’en reste d’ailleurs deux. Le pin est un bois plutôt fragile, qui marque et plie assez facilement, surtout quand un John y appuie sans ménagement le quarante-six et demi de ses petits pieds, mais ces carrés-là sont plutôt rigides, et en les contre-collant, je pense obtenir un matériau à la fois solide avec une section de six par six et facile à travailler.

Il fait trop chaud, je disais, avec pas loin de trente en plein cagnard, mais en ventilant très tôt, puis en occultant les fenêtre, ma grotte commence sa journée à 18 ou 20°C, et plafonne à 24 ou 25 °C en journée. En commençant très tôt, la partie « physique » du travail peut-être terminée pour huit heures.

Bientôt les vacances ?

Quelques semaines encore. J’ai assez de travail pour ne pas voir le temps passer, mais ça va finir par arriver, une peu comme la petite vér… euh… ça va arriver.Il faut toujours un jour ou deux pour atterrir, et mais je suis toujours surpris de me lever à l’heure habituelle sans avoir à aller travailler.

Mes loupiaux sont grand maintenant. Ils n’en sont pas encore à mener leur propre meute, mais assez âgés pour décider pour eux-même. Pour résumer, l’un travaillera pour financer une partie de ses études, l’autre a trouvé « mieux » à faire. C’est de leur âge, je comprends, et c’est la vie, non ? Ça va me faire bizarre, ces premières vacances en solitaire !

Une partie du programme est déjà établie. Mon logement a besoin de quelques travaux, et il y aura quelques jours à passer sur les travaux « lourds » du jardin. L’autre partie, et bien je commence à y penser. Du vélo bien sûr, à raison d’une trentaine de kilomètres par jour, et je ressortirais bien mes avions pour quelques séances de vol électrique, histoire de me rappeler de ce que c’est.

Je compte également aller voir un peu de pays. Pas très loin, et pas très longtemps, mais assez pour me couper d’un peu tout. A priori j’ai déjà une destination, avec un pied à terre chez l’habitant, et quelques bonne balades à faire, à vélo ou à pieds.

Le vélo, justement

Mon bicyclown est équipé de chambres anti-crevaison, dans lesquelles une espèce de gel épais est sensé combler les éventuelles fuites. Et bien, ça marche … à moitié.

Pas besoin de regonfler entre deux parcours. Le caoutchouc d’une chambre est toujours un tout petit peu poreux, et le gel en question fait bien son travail. C’est la moitié qui fonctionne. Par contre, anti crevaison, mon zieu ! Je me suis retrouvé à plat, pour un trou d’un pouillème de millimètre. Dans l’urgence, j’ai simplement remplacé la chambre par une de ses sœurs, et je l’ai réparée une fois rentré chez moi. La réparation validée par un gonflage un peu costaud, surprise ! Le gel s’échappe par la valve lors du dégonflage ! On y arrive, mais c’est fastidieux.

Pour le reste, la partie cycle encaisse assez bien, même si les roulement des roues finiront bien par lâcher. Ce sera l’occasion de changer les moyeux et de les équiper de freins à disques. Les patins sont efficaces lorsqu’ils sont secs, mais une fois mouillés, et ça arrive souvent quand on roule en chemins de terre dans les bois, c’est aussi efficace que d’espérer finir par s’arrêter « naturellement ».

Ah oui, toujours pas de casque à ma taille. Je vais devoir commander ça par internet…

Choucroute ?

Je pédale dans la semoule… A me demander si prendre mes congés aussi tard est une si bonne idée, après tout. J’ai besoin d’une petite pause, sans activité de fond, me la couler douce en soirée durant une ou deux semaines, écrire un peu, gribouiller, gratter la basse…

Choucroute ? J’avais simplement envie de la caser quelque-part, et puis « Canicule, culicidae, semoule » est bien moins fun que « Canicule, culicidae, choucroute ».

En passant, un petit merci à Jean Yannes

Creative Commons License

Publicités
Catégories :life Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :