Accueil > Cyclisme > Une rencontre (Il suffira d’un cygne)

Une rencontre (Il suffira d’un cygne)


Alors que, normalement, j’ai plusieurs articles d’avance, prêts ou presque à être publiés, depuis plusieurs mois, je galère. Du coup, je commence toujours mes articles par « Pas de billet cette semaine ». En expliquant pourquoi, comment, par quelles petites choses de la vie j’en suis arrivé là, en général, ça se décoince.

M’est avis que je ne travaille pas assez sérieusement sur ce blog. Par travailler, je n’entends pas m’infliger quelque torture que ce soit. Ecrire est toujours un plaisir, mais en m’y prenant presque au dernier moment, c’est plus du ressenti, du subi qui ressort de mes articles.

Alors, quoi de neuf, quelle petite-chose a-t-elle occupé réseau neuronal biologique ces derniers temps ?

Une rencontre…

Attaqué par une bête sauvage.

Si-si, mais… n’exagérons rien. Par ici il n’y a ni ours, ni lycanthropes, ni sanglier ni lapin adulte. Euh, si, des lapins adultes quand-même, mais pas de Bohort, donc tout va.

Je roule toujours. En choisissant mon horaire, en partant tôt, j’arrive à faire mes quinze à vingt et quelques kilomètres assez régulièrement. Pour éviter le cagnard – le soleil tape très fort, très tôt en ce moment – j’évite les espaces ouverts. Les chemins dans les bois et le long des canaux, me conviennent très bien, et m’évitent de me faire tanner le cuir au soleil, et de me faire bouillir la cervelle.

On croise de tout, ou presque dans ces endroits. Je passe sur les promeneurs et promenés. Suivant l’itinéraire, ce sont lapins, lièvres, cailles, faisans, poules d’eau et canards qui se montrent plus ou moins. Bohort s’enfuirait de là plus vite qu’un coureur cycliste dopé sur un vélo électrique.

Quelques chats aussi, auprès de qui je ne m’attarde pas très souvent, malgré des discussions aussi improbables que potentiellement intéressantes.

Alors, cette bête ?

J’y viens presque. Si les poules d’eau sont prudentes et se planquent à peine ont-elles vu le début d’un humain, les canards sont carrément suicidaires. Régulièrement, l’un ou l’autre de ces colverts déprimés passe fort près de se faire hacher et de me casser une flopée de rayons en passant à travers ma roue.

Le Parc de la Deûle a bien amélioré les choses, et à l’extrémité du canal de Seclin vivent plusieurs cygnes, dont au moins un couple avec une couvée de six ou sept oisillons. Je me suis déjà fait courser et pincer par un jars. Oui, ça pince, et fort ! Et ça court plutôt vite. C’est mauvais comme la gale quand on ose pénétrer sur son fief, pire qu’un chien derrière un postier ou un politicard face à un journaliste qui pose les questions qui fâchent.

Et bien, un cygne, c’est pire, bien pire. Pendant que Madame Cygne mettait sa progéniture à l’abri sur l’eau, Monsieur Cygne a fait son boulot : pas de détails, pas de pitié, foncer, souffler et cracher comme un chat, prendre du volume en déployant ses ailes, pincer et courser le cycliste qui ne faisait que passer sans même penser à mal ni chercher noise.

Ça peut aller vite, un cygne, mais heureusement, Monsieur Cygne avait d’autres intrus humains à éloigner. La prochaine, fois, je ferai un petit détour, histoire d’éviter de déranger la petite famille. La faune sauvage non domestiquée, c’est encore mieux quand on l’observe de loin, sans la déranger.

CygneVaires

Il suffira d’un cygne …

Ce n’est pas la première rencontre de ce type que j’ai faite, et ce ne sera pas la dernière. Sans vouloir passer mon temps à filmer chacune de mes pérégrinations vélo-cyclistes, c’est le genre d’épisode que je regrette de ne pas avoir pu filmer. Mon téléphone reste bien à l’abri dans la sacoche, et de toute façon, lancer l’application Photo, viser, capturer serait bien trop long.

Mon guidon est bien dégagé depuis l’installation de la sacoche arrière, et j’y verrais bien une petite caméra, avec une batterie suffisante et une optique raisonnable. Allez, c’est bientôt Noël… Non ? Ah bon.

Petite précision avant de fermer pour la nuit : il s’agit de cygnes tuberculés.

Creative Commons License

Crédit photo :

Publicités
Catégories :Cyclisme Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :