Accueil > Informatique > J’ai cassé ma Remington

J’ai cassé ma Remington


Il y a toujours une première fois, mais là, ça en fait deux. Rassurez-vous, aucune machine à écrire n’a souffert. La victime est mon vieux HP note Mini, qui me sert de machine à écrire.
Remington Sholes 5 TSD (3)

Alors, quid ?

Une mise à jour de rien du tout, au cours de laquelle ma rallonge électrique a voulu attenter à ma vie, rien que ça, alors que j’allais me préparer un café. Le câble du chargeur a, bon gré, mal gré, suivi la rallonge. Le chargeur itou, de même que l’ordi tant que la fiche du chargeur a bien voulu en rester solidaire. S’en est suivi un vol aussi bref que non plané, puis un appontage assez furieux.

État des lieux

Quelques rayures assez légères, la batterie partie bouder dans son coin, le chargeur déconnecté, le netbook s’est arrêté net, faute de flux d’électrons. L’écran n’a rien. Ouf! Le disque est un SSD ; il devrait avoir survécu.

Redémarrage

Rien de physiquement grave, donc, mais le bidule s’est éteint au beau milieu d’une mise à jour. Le redémarrage se passe bien – merci le système de fichiers journalisé – et l’écran de connexion s’affiche normalement.

Identifiant, mot de passe, écran noir avec le pointeur de la souris, puis retour à l’écran de connexion. Le début des ennuis, en toute fin de Camp NaNoWriMo, alors  que je n’ai pas encore validé mon score !

Quelques tests

La connexion en mode texte fonctionne. Une vérification du système de fichiers ne remonte aucune anomalie. Une tentative de mise à jour via le duo gagnant « apt-get update ; apt-get upgrade », pour terminer celle qui a été interrompue échoue lamentablement. Les dépôts ne sont pas accessibles.

Pourtant, l’accès au réseau fonctionne : la commande ping et le navigateur en mode texte  fonctionnent comme attendu.

Une solution

J’aurais pu réinstaller le système, recréer mes comptes et restaurer mes données, mais l’informaticien est plutôt du genre fainéant, c’est bien connu. Encore que…

La commande mintupgrade vient à la rescousse. Bizarre, tout de même car en écrivant cet article, ma mémoire me dit mintupdate alors que les tutos parlent de mintupgrade).
En tout cas, rien de bien compliqué en principe, car il suffit de lancer successivement les quatre commandes suivantes :

mintupgrade check
mintupgrade prepare
mintupgrade download
mintupgrade upgrade

Valider par « y » les demandes de confirmations, et patienter entre chaque étape.

Dans mon cas, tout s’est bien passé et, effet de bord, mon netbook est passé sous Mint 19, « Tara » de son petit nom. On a connu Remington Steele (bonjour la référence!), et bien maintenant, nous avons Tara Remington.

Tout fonctionne ?

Non, malheureusement. Ma Remington est utilisable, pour peu que je me contente d’une connexion filaire aux internets, car le wifi n’est pas reconnu. Il s’agit d’un chipset de chez Broadcom bien détecté par la commande lspci, et supporté sans problème jusque lors. Son pilote est toujours installé et actif, mais la connexion est refusée.

Un test sous Debian 8 installé sur une seconde partition donne toute satisfaction.

A tout hasard, j’ai installé à blanc Mint 19 sur une troisième partition, et le wifi n’est, là non plus, pas utilisable. Apparemment, ce serais entre Tara et Broadcom que ça grince…

Pour le moment, je saurai me passer du wifi, mais ça ne durera pas.

Et le Camp NaNoWrimo, dans tout ça ?

Ce qui précède est arrivé l’avant dernier jour d’Avril, et le challenge d’écriture s’est terminé sous vim. La validation a été faite sur un autre PC, en passant par une clef USB. C’est le principal, non ?

Edit:

Pour finir, je n’ai pas tenu très longtemps.  Le chipset Broadcom BCM4313 est parfaitement reconnu, et son pilote fonctionne correctement. Pour m’en assurer, j’ai partagé par wifi la connexion 4G de mon téléphone. Une fois la connexion créée sur le netbook, j’ai pu accéder à ce blog.

Pour rétablir la connexion par wifi via ma box internet, il a simplement suffi de modifier le type de connexion de « WPAPSK (obsolète) » en « WPA2-PSK-AES ». Dès lors, ifconfig affiche une interface « wlp2s0 » avec une adresse IP.

Le câble Ethernet peut être débranché, et ma Remington a retrouvé son autonomie.

Publicités
Catégories :Informatique Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :