Archive

Posts Tagged ‘Billets d’humeur’

Tu es informaticien ? Mon PC ne va pas bien, tu ne pourrais pas… ?

9 octobre 2018 2 commentaires

Petit extrait d’un échange avec un « ami » dont je n’ai eu aucune nouvelle depuis des années jusqu’à la semaine dernière.

« Oh mais au fait, tu travailles dans toujours l’informatique ?

– Tu sais, les informaticiens, c’est comme les avocats, il y en a de toutes sortes…

– Mon PC est hyper lent, tu ne pourrais pas y jeter un œil ? »

Et là, on sent arriver la galère. Les galères :

  • système pas à jour depuis des mois, car ça prend trop de temps
  • multiples barres d’outils et de recherche dans les navigateurs internet
  • plusieurs antivirus installés
  • pare-feu désactivé
  • pas de sauvegarde des photos, vidéos, et autres documents

Pour la famille et les amis proches, je vais faire un effort pour tenter de remplacer le matériel défectueux – j’ai parfois quelques pièces d’avance – nettoyer le système (logiciel et matériel), etc.

Pour les autres, un petit questionnaire préalable montre l’étendue des dégâts potentiels bien plus que probables :

  • les disques de restauration ont servi à autre-chose, ou aucun disque/aucune clef de restauration n’a été créée
  • aucune sauvegarde des données importantes (photos, vidéos, documents) n’a été faite depuis Hérode
  • l’ordinateur lui-même est un nid de moutons, genre « agnus vulgus detritus », qu’on trouve parfois sous les armoires
  • le système installé n’est pas « officiel » – comprendre une copie d’origine douteuse
  • certains câbles internes ont été réparés avec des dominos d’électricien, quand ce n’est pas de grossier tortillons enrobés de chatterton (ne riez pas, j’ai des photos), et des connexions sont faites en forçant littéralement du fil de hut parleur dans les prises molly…

Dans ces conditions, rien que brancher et démarrer le bousin est un risque sanitaire, électrique et potentiellement légal. Le nettoyer prendra vraisemblablement des plombes. Retrouver, sauvegarder et restaurer les données ajoutera plusieurs heures de travail supplémentaire.

Alors je refuse.

Je refuse tout d’abord parce que tout travail mérite salaire. Je n’aurais en principe rien contre l’idée de « mettre du beurre dans les épinards ». Une ou deux machines par semaine, à raison de deux billets de vingt chaque, ça peut donner envie, mais sans statut légal d’entrepreneur, c’est prendre un risque certain. Je me prends déjà un PV pour un feu rouge que je n’ai pas grillé, j’ai tendance à me trouver au mauvais moment au mauvais endroit, alors si le me lance dans le travail non déclaré, je vous laisse imaginer.

Je refuse tout simplement parce que j’ai déjà un travail qui me prend toute la semaine, et que mon temps libre est déjà fort occupé.

Je refuse aussi à cause de la question qui ne tarde pas à venir. « Tu n’aurais pas u la dernière version de tel ou tel logiciel ? « . Et oui, je bosse dans l’info, alors j’ai des prix, c’est évident. Allez demander à un gendarme s’il a des ristournes sur les PV, ou à un toubib si le pharmacien lui fait des prix sur les médicaments. Non, je n’ai pas de tarifs préférentiels sur les logiciels ou le matériel.

Stoppons là. Avant de demander à un « pote » qui s’y connaît de réparer votre PC, posez-vous les questions suivantes :

  • Le système et les logiciels installés sont-ils d’origine, ie. avec une licence officielle (souvent payante, cherchez le lien entre les deux) ?
  • L’ordinateur lui-même est-il entretenu, nettoyé, dépoussiéré ?
  • Êtes-vous prêt à payer le service comme il se doit , soit au moins quarante ou cinquante euros hors taxes pour un service de base ?
  • Avez-vous une sauvegarde intégrale de vos données importantes sur un ou plusieurs disques durs et/ou DVDs ?

Sans un oui à toutes ces questions, prendre en charge un tel chantier est une perte de temps et d’argent. En général, c’est le prix qui fait tiquer, mais si les données sont importantes, il n’y a pas à hésiter, et tout-travail-mérite-salaire.

Encore une fois, pour la famille et les amis proches, je fais ce qu’il faut, sauf évidemment pirater des logiciels , mais pour tous les autres, je refuse net, et ce n’est pas la peine d’insister. Point Barre !

Creative Commons License

Catégories :3615 MaVie Étiquettes : ,

Facebook me gonfle !

28 février 2017 2 commentaires

Facebook me gonfle. Je sais, j’y suis toujours ; je reviens là dessus plus tard.

Quand je vois le fil d’ « actualités », c’est politique, petits chats, saviez-vous-que, les dix-meilleurs-ci-ou-ça, vidéos, re-politique, je-suis-ci, je soutiens-celà, etc.

ET CA ME GAVE !

Ca me gave parce que FB ne montre que ce que FB a décidé de me montrer. J’ai beau demander de masquer « l’actualité de truc », ou de machin, masquer ceci-, masquer cela, rien n’y fait. Ce sont les fameux algorithmes qui m’imposent ce que leurs concepteurs ont voulu favoriser dans le fil d’actualité.

Du coup, si on veut se limiter aux actualités des « amis » Facebook, ce pour quoi, au départ, on s’est inscrit sur FB, et si on veut éviter les distractions intempestives, et bien … et bien non, on ne peut pas. Pas facilement, du moins, car tout est fait pour nous en empêcher  et là, en cette période d’élections, on est envahis, floodés, spammés, et ça va encore empirer.

Maintenant, Back to Future : « Facebook me gonfle. Je sais, j’y suis toujours ; je reviens là dessus plus tard » . J’y reviens, justement.

Mes amis, de vrais amis, ceux et celles-là, ont de vrais fils d’actualités. Ils y disent des choses intéressantes : ce qu’ils et elles font, leur progression,leurs difficultés, leurs solutions, leurs succès, leurs échecs… mais tout ça est noyé sous la couche de merdes publicitaires/politiques/whatever… injectée par les fameux algorithmes.

D’un autre côté, je me suis abonné à pas mal de groupes dont je ne vois pas grand-chose, mais dont les autres abonnés alimentent forcément les données FB, et par conséquence les fameux algorithmes FB, qui à leur tour alimentent la couche de merde sur mon fil d’actualités. Un nettoyage s’impose s’imposait de ce côté-là.

J’y suis allé à la hache, et j’affinerai un peu plus tard, suivant le résultat, sans oublier de corriger les unfollows involontaires, ni de donner de nouveaux coups de hache si nécessaire.

Creative Commons License

Catégories :Les Internets Étiquettes : ,

Cookies ! Qui veut des cookies ?

13 janvier 2015 1 commentaire

Allez hop! Il y avait longtemps! Un petit coup de gu3ul3 Une petite râlerie pour bien continuer l’année.

Rien à voir avec les gâteaux plus ou moins sec et parfois trop cuits, quoique …

Pour faire court sans trop forcer le trait, ce sont des « petits » fichiers créés sur les machines des utilisateurs de sites web. Ils contiennent diverses informations prévues pour tracer l’usage fliquer améliorer l’expérience utilisateur. Bref, on ne sait pas toujours trop ce qu’ils contiennent, ni ce qu’ils font. Côté sécurité et vie privée, « ça craint un max », comme disent les jeunes d’il y a vingt ans.

Les cookies sont une bénédiction pour le programmeur web, mais une une calamité pour l’utilisateur un peu parano râleur. Rien de neuf de ce côté-là.

La nouveauté est que les sites, apparemment, sont maintenant obligés de demander la permission de l’utilisateur pour créer des cookies, en général par un affichage ou un dialogue. En passant, bonjour la traduction faite par un fainéant de première.

Demande standard d'acceptation des cookies

Demande standard d’acceptation des cookies

Au moins on est prévenu.

Par contre, on ne sait toujours rien de la recette secrète des cookies. Perso, je suis plutôt amateur de marbré à l’orange, mais j’aurais au moins voulu savoir ce que le site en question fait de ces cookies : ce qu’il y stocke, à quel usage réel, qui peut les lire, si leur contenu est transmis/vendu/etc, et à qui.

Au final, on a le droit d’accepter les cookies ou de ne pas utiliser le site. Point barre ! Impossible d’utiliser le site en question en mode restreint.

Où est le problème, demanderez-vous… Je choisis d’utiliser le site, ou pas. Il n’y a pas à tortiller du … bref !

Le problème, c’est qu’à mon sens ça tient du chantage. En passant, le dialogue dont la copie figure plus haut s’est affiché alors que je lançais le téléchargement d’un logiciel libre ! J’aurais compris et accepté en allant sur un forum, un wiki, un blog, un site commercial mais là… methink la liberté a mal au c#l d3rch3 postérieur.

PSs:

Creative Commons License

Catégories :3615 MaVie Étiquettes : ,

Réapparition d’une espèce hivernale nuisible

9 octobre 2012 2 commentaires

On ne les voyait plus depuis le printemps dernier, mais avec l’arrivée de l’automne, les jours devenant de plus courts, les occasions se multiplient de les croiser au détour d’une route.

Cette espèce classée dangereuse pour l’homme, vous prend par surprise. Il y en a partout, si-si, et soyez assuré que vous en croiserez bientôt au moins un ou deux spécimens  chaque jour. On s’y fait, on apprend à résister et à parer leurs attaques, mais rien n’y fait. Ils persistent, signent, certains vous attendant chaque fois au même endroit et à la même heure.

Leur technique est terriblement efficace. Après une approche plus ou moins discrète, ils vous aveuglent d’un coup, empêchant tout repérage visuel et toute fuite. Méfiez-vous également des attaques par l’arrière, où le prédateur s’approche sans se faire repérer, de plus en plus près, jusqu’à là aussi vous aveugler sans crier gare.

Dans le meilleur des cas il faut quelques secondes pour recouvrer une vue normale, mais parfois cela ne suffit pas et la victime se jette sur le bas-coté, contre un de ses congénères, voire contre son attaquant.

Des mesures ont bien été prises pour lutter contre ce fléau, mais elles se sont avérées au mieux inefficaces. Bien sur il serait théoriquement possible de prendre des mesures drastiques, mais celles-ci seraient au final aléatoires, voire dangereuses. Le seul moment où l’on pourrait les éliminer d’un coup sec, ils sont indétectables, endormis, éteints.

Une autre espèce de nuisible a une technique un peu à part: après une approche rapide par l’arrière, le spécimen lance une salve de halos lumineux, accompagnée de cris tonitruants, pensant vous effrayer et vous faire accélérer. Attention, ceux-ci sortent toute l’année, de jour comme de nuit et par tous les temps. En cas de résistance de sa victime, il finit par la doubler, et filer au loin comme s’il avait le diable aux trousses. Autant le laisser faire.

Quelques parades sont possibles, mais sans garantie de résultat: fermer les yeux (et accepter d’autres risques plus grands), ou l’occulter avec la main, jouer le mimétisme en passant en pleins phares, tout en espérant que l’attaquant ne redouble pas d’efforts, ou encore ouvrir la fenêtre, y passer le bras pour en lancer un « F#cK » magistral, éventuellement doublé d’un « C0nn@40 » bien tassé. Avec cette dernière solution, il existe le risque – il faut le savoir – que le prédateur s’en offusque et se lance dans une poursuite d’intimidation, voire de rétorsion.

En attendant mieux, les phares mal réglés devraient être classés comme espèces nuisibles et combattus comme tels.

Creative Commons License

Catégories :3615 MaVie Étiquettes : ,

Don du sang, don d’organe : n’hésitez plus


Je donne de mon sang depuis plusieurs années maintenant, à vue de nez fin 2004 ou début 2005). Ca ne me coûte rien d’autre qu’un peu de mon temps, mais ça me rapporte au passage un petit déjeuner.

Plus sérieusement, étant donneur presque universel (je suis du groupe O, rhésus positif) ça m’est toujours paru être une évidence, bien qu’il m’ait fallu attendre mes 34 ans pour commencer.

Ce matin donc, direction le car de prélèvement. Remplissage des formulaires d’usage, et moins accessoirement d’une poche de sang, puis enfin la collation.

Pendant la collation justement, nous sommes plusieurs à remarquer les formulaires et les cartes pour le don d’organe. Ni une ni deux, je prend une carte, j’y inscrit mon nom, puis je la place dans mon portefeuille.

C’est fait, en deux minutes je suis devenu donneur d’organe, pour peu que j’évacue définitivement mon âme évidemment.

Là encore c’était évident pour moi, mais il m’a fallu du temps pour effectuer la démarche.

Ce sera moins évident pour d’autres, mais la question réelle à se poser est la suivante : une fois décédé, je n’aurai plus besoin d’un coeur, de poumons ni du reste d’ailleurs.

Alors, plutôt que d’occuper inutilement une petite pièce de terrain, ou que d’allourdir l’athmosphère de gaz potentiellement à effet de serre et encombrer ma famille avec une urne emplie de mes cendres, autant faire oeuvre utile et prolonger la vie d’une voire plusieurs personnes, non?

Creative Commons License

Catégories :3615 MaVie Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :