Archive

Posts Tagged ‘En cours’

Une barrette qui flanchouille

30 juin 2020 Laisser un commentaire

Mon PC principal a des ennuis de santé. Il a perdu la mémoire. Ou plutôt de la mémoire, vu qu’une de ses barrettes de RAM a passé l’arme à gauche. Quand elle ne faisait pas planter la machine, elle n’était plus reconnue du tout. Une fois la barrette fautive retirée, tout est retourné presque à la normale. Quatre gigas en moins, ça se ressent assez vite.

Une barrette qui flanchouille

La barrette en question a le même âge que son ordinateur hôte : quatre ans et demi. Bien entendu, c’est quasiment irréparable avec des moyens courants, même avec une bonne loupe, à compter qu’on parvienne à se procurer des puces mémoire à bon prix.

Avant les barrettes DDR, changer une puce mémoire était assez facile. Au pire, il fallait user du fer à souder. En prenant son temps, et en y mettant du soin, c’est resté assez simple jusqu’aux barrettes SIMM à trente contacts. Après, c’est devenu beaucoup plus touchy.

Ce qui me ferait presque monter dans les tours, c’est qu’un PC de moins de cinq ans puisse tomber en panne alors qu’un ordinateur de la fin des années quatre vingt fonctionne toujours.

En parlant d’ancien…

… mes ordinosaures ont trouvé preneur. Il ne me reste qu’à récupérer ce qui pourrait l’être sur mes antiques disquettes cinq pouces et quart. L’un des PC 1512 sera mis à contribution.

Amstrad PC1512

Pour faciliter les choses, je compte utiliser une carte de type XT-IDE lite. Une carte XT-IDE permet d’utiliser un disque IDE sur un PC vintage qui ne serait pas prévus pour ça. La version lite remplace purement et simplement le disque dur par une carte compact Flash qui pourra ensuite être recopiée sur ordinateur moderne. Il existe maintenant une version pour clefs USB. De quoi redonner un peu de souffle à nos ordinosaures .

Simple, non ?

Presque. Je n’ai qu’une compact flash de trente deux mégaoctets, mais ça devrait suffire. Après tout, les PC de l’époque, années quatre-vingts, n’avaient qu’un disque de vingt, trente deux, parfois quarante mégaoctets.

Par ailleurs la version du DOS utilisée, la 3.3, ne gère les disques durs que par tranches de trente-deux mégaoctets maximum.

Bye-bye donc les PC-1512 et presque toutes mes vieilleries. Je conserve tout de même l’Amstrad PC 2086 et, par jeu ou peut-être par caprice la carte mère de mon premier PC AT 286. Les autres cartes mères que j’ai en stock ne sont pas du pur ISA 16 ou 8 bits et ne m’intéressent pas. Une carte mère à base de 80386 et 80486 sur bus ISA m’irait très bien, mais pas de VLB, PCI ou autre chose de ce genre.

Le 2086 me plaît bien

Pour un PC XT, le PC 2086 d’Amstrad est assez moderne. C’est un PC 1640 amélioré, version VGA et lecteur de disquettes 720 Ko, au lieu de CGA et 360Ko. L’affichage se fait donc sur un écran VGA que j’ai remplacé par un écran LCD basique – les marchés aux puces me plaisent toujours autant. Il devient quasiment inaudible une fois le ventilateur de son alimentation remplacé et son disque dur débranché et remplacé par une carte XT-IDE.

L’alimentation et ses connecteurs ne sont malheureusement pas au formats standard, même si les voltages utilisés le sont. En cas de panne – peu probable – le remplacement ne serait pas trop compliqué.

Petit bonus de cette machine lorsque je l’ai acquise : quelques applications, et deux jeux.

Je ne suis pas un gamer, mais les deux jeux en question son à mon sens des must have, même si un PC n’est pas la meilleure machine pour y jouer : « L’Arche du Capitaine Blood » et « Elite« , deux jeux d’exploration. J’ai failli oublier une version de « Spacewar« , un petit jeu d’arcade sans prétention, mais intéressant par sa fluidité et son graphisme épuré. Son code source serait intéressant à étudier.

Les applications sont classiques : dBase III+, Lotus 123, RapidFile. Il manque un traitement de texte pas trop lourd, et un émulateur de terminal. Je pourrais également installe l’environnement graphique GEM ainsi que des applications qui l’utilisent.

Côté matériel, un microprocesseur NEC V30, un coprocesseur mathématique 8087-2, une carte série et une carte son type Adlib ou Creative sont sur ma wish list.

Je compte connecter ce PC au réseau via son port série à l’aide de Pi-Modem et d’un Raspberry Pi Zero ou apparenté, pour accéder à des BBS ou à quelques services internet peu gourmands et ne demandant pas de passer par un navigateur web.

Enfin, un lecteur 1,44MO sera ajouté en attendant un émulateur de lecteur de disquettes de type Gotek.

Finalement

Bon, J’ai commencé par une râlerie et j’en suis arrivé à un petit projet bien sympa. Deux si je compte l’AT 286, mais celui-là demande beaucoup plus de travail.

Crédit Photo

Catégories :Informatique Étiquettes : ,

Ecriture : ça avance ?

5 mai 2020 2 commentaires

Ce n’est pas tout d’écrire un ou deux mois par an. A la fin du challenge du NaNoWriMo, mon texte n’est tout bonnement pas prêt à être lu. Une bonne correction est nécessaire.

Je sais que je n’avance pas très vite (restons mesuré dans nos propos), mais un peu à la fois…

Alors, ça avance ?

« L’Arracheuse d’Âmes » et « Blocus »

Toujours pas de progrès visible sur « Blocus » et « L’Arracheuse d’Âmes ». Le plan grosses mailles est à peu près carré ; il reste à le garnir et à compléter mes fiches persos avant de me lancer dans la réécriture proprement dite. Rien de neuf de ce côté-là.

Avril est trusté par le Camp nanowrimo. Je m’y remet seconde semaine de Mai.

Ré-écriture en cours.

« L’Ordre des Mères »

Je suis presque content du texte, à un chapitre près, qui doit être réécrit et étoffé. Pas de date ni de lieu de parution pour le moment.

L’autre Opus dont il était question en Novembre n’a pas encore été retravaillé.

Correction en cours.

« D’où l’on vient » (anciennement « Page Blanche »)

Le titre d’origine, « Page Blanche » vient de la manière dont j’ai écrit mon premier roman, et c’en est en quelque sorte le thème pour ma perso principale. Le nouveau titre, à priori définitif, en est un peu le corollaire : « D’où l’on vient. »

Pris de doutes, je l’ai relu en début d’année. J’ai encore un peu de travail, mais pense que je touche au but.

Correction en cours.

Un mini… thriller ? Policier ? Bref….

Oui, j’ai ce texte écrit pendant un Camp Nanowrimo. Ce n’est pas un polar, pas un roman d’action non plus. Un meurtre, un suspect bientôt condamné, une évasion, du classique, mais il fallait bien que je m’y essaie un jour.

Correction entamée.

Camp Nanowrimo d’Avril 2020

Comme chaque année, ce « Camp Nano » donne lieu à des « Tranches de vies ». Le principe ? Quelques persos, une situation, et je laisse filer. Je me fiche que les persos tombent dans les rbas l’un de l’autre, braquent une banque, ou se trucident joyeusement. Qu’ils se débrouillent. Ou pas.

Le mois d’Avril est ma seconde grosse période d’écriture. Cette année encore, je me suis fixé une cible à quinze mille mots, ce qui me fait un quota journalier de cinq cent mots.

Le challenge terminé, mon compteur est monté à 28682 mots, mais je dois avouer que j’ai eu du mal à démarrer. Pas le premier jour… chaque jour ou presque. Le problème n’est pas d’écrire, mais de trouver des amorces. Une fois celles-ci formulées, le reste s’écrit presque tout seul.

J’ai une petite idée de ce qui me gène. J’en parlerai peut-être plus tard.

Publier ?

C’est logiquement l’étape suivante pour « D’où l’on vient » une fois la correction (enfin) terminée, et pour « L’Ordre des mères ».

Il ne s’agit pas de faire de gros revenus, encore qu’un revenu tout court serait inespéré. Je pense qu’une fois prêt, un texte doit être libéré et donné à lire. Si ça peut arrondir les fins de mois, c’est bonus.

Proposer son texte à un éditeur n’est pas rien, et je ne sais pas si j’y suis prêt. Déjà, donner à lire à des proches me fait flipper au plus haut point, alors de parfaits inconnus, tout professionnels soient-ils…

Reste l’auto édition. Le trouillomètre est à zéro, mais c’est toujours en cours de réflexion, notamment sur les questions de statut, de cotisations et de fiscalité, pour lesquelles j’ai clairement besoin d’aide.

Pour conclure

Ça semble un travail sans fin. Je le crains, mais je l’espère également. Ecrire, corriger, apprendre, écrire à nouveau, etc. C’est ce qui me motive, même si à l’évidence, je prends peut-être un peu trop mon temps.

Catégories :Ecrire Étiquettes : , ,

En cours (Avril 2020)

28 avril 2020 4 commentaires

Je n’aime toujours pas les bilans, mais j’aime savoir où j’en suis. Le dernier « En cours » date de Novembre dernier. Certaines choses ont avancé, d’autre pas, voire pire. Un petit état des lieux ?

Le projet Mini-cluster Mk II

Je dispose de tout ou presque ce dont j’ai besoin. L’agencement à l’intérieur du boîtier de PS/3 est prêt, et le presque tient à la visserie, que je dois commander. J’attendrai une normalisation suffisante de la situation actuelle. Inutile de mettre des gens en danger pour ça.

Le mini-cluster est prêt à être configuré. Les nœuds ont reçu leur système, et leur configuration s’effectue via ansible.

Le but est, pour le moment, d’automatiser le lancement de traitement par lots, tels que des conversions de formats d’images, de vidéo, de fichiers sonores, etc en les déposant dans un répertoire que le cluster parcourra régulièrement à la recherche d’une tâche à remplir.

C’est surtout une occasion pour moi de poursuivre ma formation. Comme dit l’adage, « On n’arrête pas de faire des choses parce qu’on devient vieux ; on devient vieux parce qu’on arrête de faire des choses ».

Plusieurs points restent à fixer :

  • Docker, pas Docker ?
  • Quel « ordonnanceur » ? DIY ou produit disponible ?

Le projet Bureau

Le draft du plan de la seconde annexe de mon bureau est prêt. Il n’y a plus qu’à, comme on dit. Ce qui me fait reporter sa réalisation est l’association infernale que forment les planches de Pin et le Monstre. Soit j’attends de pouvoir me déplacer pour acheter du contreplaqué, soit je fais avec ce que j’ai… Je m’y mettrai peut-être Samedi

Aéromodélisme

J’ai ma licence depuis des mois, mais apparemment la réglementation va évoluer. Encore. Tout ça pour ces foutus « drônes » ! Dans « aéromodélisme », il y a « modélisme ».

En aéromodélisme, on construit et fait voler des modèles réduits d’avions, rarement en FPV . Je pratique depuis… 1991. J’en ai cassé du bois, depuis, mais je pilote en sécurité, sans jouer au pilote Red Bull, sur des terrains dédiés, et en club.

.Je pense qu’il faudrait une licence distincte pour le pilotage de drônes, et qu’on nous fiche la paix. Aéromodélisme et drônes, ça a autant de rapport qu’un VTT et une mobylette !

Le projet « Cheap-8 » (pico-puter Mk II)

Le projet est au point mort, par manque de temps. Le code est dans un repo privé sur Framatube, et je dois le récupérer sur mon « NAS » (well, sort of) avant que le service ne soit arrêté.

Cyclisme

J’en ai un peu marre du hometrainer. Pas qu’un peu, en fait. J’ai lu que la pratique du cyclisme serait à nouveau autorisée, mais c’est à vérifier. Si c’est le cas, alors il me faudra trouver un circuit qui tienne dans un rayon de un kilomètre autour de chez-moi.

CP/M , le retour

J’ai failli l’oublier, celui-là. CP/M, système prédécesseur de MS-DOS, lorsque les systèmes huit bits formaient une grande majorité des machines. Mon Arduino Due et ma Remington sous Linux s’en accommodent fort bien, via RunCPM. Le Due a besoin d’un terminal que je n’ai pas, ou d’une émulation de terminal sous Windows, Linux, OS/X. Yaze-AG fonctionne sous Windows et sous Linux, mais j’aimerais plutôt une machine autonome, que l’on puisse brancher directement à un clavier et un écran ou une télévision.

Un Raspberry Pi directement sous émulation CPM? L’idée fait son chemin.

Quel intérêt ? Le fun, bien sur !

Le projet NAS

Je dispose de ce que j’appelle un proto-NAS. C’est un vieil ordinateur double -coeur doté de quelques gigaoctets de mémoire,e t de 250 GO de disque. Avec quelques protocoles simples à mettre en place, cette babasse me permet de synchroniser ma Remington, mon PC, et jusque récemment mon Mulet. Ce dernier vient à nouveau de rendre l’âme (diagnostic en cours).

Des « protocoles simples à mettre en place », c’est sympa, mais c’est un peu frustre. Même si j’aime bien la ligne de commande, je souhaite un système un peu plus convivial, et d’un autre côté, les services que j’utilise chez Framasoft vont être arrêtés. Ces services ont été mis en place dans le cadre de leur démarche « Degooglisons Internet ». Voir également ici.

J’ai commencé à tester la distribution Yunohost, qui fournit au moins une partie des applications proposées par Framasoft. Le système fonctionne assez bien, et ma machine est loin d’être surchargée. J’ai commencé à y copier mes données, un service à la fois : RSS, Git, etc.

Pi-Box

Ma pi-box fonctionne toujours. Je ne l’utilise pour le moment que comme serveur DNS. Vu le peu de charge qu’elle subit, je pourrais très bien lui ajouter quelques petites choses, comme un serveur BBS. La diode RGB n’a toujours pas été remplacée, et son horloge sauvegardée est toujours sur mon bureau. Une heure devrait largement suffire, mais… j’avoue, je procrastine là dessus.

Station Météo

Un « petit » projet bateau, qu’on peut réaliser avec un ESP, un Attiny, et tout ce qui y ressemble, bref avec presque tout ce qu’on peut avoir sous la main.

Le matériel à base d’ESP8266 et une première version du logiciel fonctionnent. Ils fournissent pression atmosphérique, température, humidité et luminosité. Il reste à écrire l’affichage sur un écran OLED, et à fournir une page web accessible par wifi. Aucune connexion à internet n’est nécessaire. Il suffit de connecter son smartphone au point d’accès wifi de l’ESP.

Impression 3D

Ma bonne vieille Vertex fonctionne bien sur de petites pièces. Par « Petit », j’entends que ça doit pouvoir tenir sur un disque de douze centimètres de diamètre. Au-delà, la pièce se décolle assez vite après le début de l’impression.

En cause, la surface d’impression, ou « buildtack », espèce de film épais collé sur le plateau de verre, qui a pris très cher au fil des impression et des décollages aléatoires. Il manque également un chauffage du plateau d’impression. Ce dernier peut être ajouté, mais la période n’est pas propice aux livraisons.

En désespoir de cause, j’ai décollé le Builtack. Enlever le résidu de colle m’a demandé pas mal de travail, et j’ai dû terminer en grattant à l’aide d’une lame de cutter.

Le verre recouvert de scotch de masquage, les tests sont concluants, même si à terme je pense ajouter un dispositif de chauffage du plateau.

Écriture et corrections

Avril est dédié au Camp Nanowrimo. Tout les reste est donc au point mort.

Le moins qu’on puisse dire est que j’ai du pain sur la planche: corrections en cours, corrections à terminer, et corrections à venir.

Voilà pour le résumé. Ce billet est déjà assez long, et je détaillerai le cas des corrections dans un autre billet.

Mes lectures

La lecture a retrouvé une place importante chez-moi, mais j’ai un gros problème : « La presbytie m’a rattrapé ». Lire, surtout au format poche, est assez difficile. J’avais un rendez-vous chez l’ophtalmo, le 17 Mars dernier… Vous savez pourquoi ça a été annulé.

Jardinage

Je réitère comme chaque année mes expériences de semis et plantations en bacs.

Les pommes de terre se portent bien, et je dois les buter régulièrement. Il en pousse même dans bac de compostage !

Les menthes et apparentées ont bien repris, j’ai semé haricots, piments, radis, salade mâche, céleris branche, et quelques fleurs annuelles, et planté quelques échalotes, ails et oignons.

Cette année, mon muguet n’a pas daigné se montrer, certainement gêné par la concurrence : deux pissenlits, une espèce de fougère, et pas mal de graminées que je n’arrive pas à identifier.

Mes deux potées de lavandes se portent à merveille. Je n’en fais habituellement rien, mais je vais tenter de m’y intéresser, pour une fois.

La grosse surprise de l’année est le bambou. J’en ai récupéré une quantité astronomique de pousses, à l’occasion d’un déménagement, mais presque rien n’en a survécu. Seules deux pousses jusqu’il y a peu moribondes on retrouvé un peu de verdure. Affaire à suivre…

Pour conclure sur les « En cours »

Du boulot, du boulot, et du boulot, mais j’adore ça. Je ne me vois pas passer mes soirées devant la télévision, ou à la limite, devant un concert…

Catégories :Réalisations Étiquettes :

En cours (works in progress)

5 novembre 2019 2 commentaires

Les mois se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Après un mois d’octobre plutôt centré sur mes activités plus ou moins cyclistes, Novembre est comme chaque année un mois essentiellement consacré à l’écriture. Bien sûr, je vais poursuivre mes efforts cyclistes, avec une session chaque samedi et chaque dimanche, en extérieur si la météo le permet. Par « si météo le permet », j’entends « s’il ne pleut pas ». Je ne suis pas frileux, loin de là, mais rouler avec les lunettes couvertes de gouttes de pluie est tout sauf agréable, et rouler sans lunettes, avec ma vue de taupe de concours …

Bref, revenons à Novembre.

Le projet Mini-cluster Mk II

Ma commande de matériel pour mon mini-cluster est en retard. « Difficultés d’approvisionnement », dixit mon fournisseur. Alors pourquoi proposer la commande d’items dont le stock est à zéro ?

Qu’importe, d’ici quelques jours, j’aurai tout le matériel nécessaire. Après quelques tests sur un coin de bureau ou plus probablement de table de cuisine, j’aurai à aménager le boîtier d’une PS/3 proprement grillée.

De cette PS/3, il me reste d’ailleurs quelques pièces comme le lecteur de disques. Si ça peut intéresser quelqu’un… Ah oui, et j’ai également une autre PS/3 qui semble fonctionner, hormis la sortie vidéo. Écran noir, quels que soient le câble et la télévision utilisés.

Novembre est là – j’y reviens bientôt – et cette réalisation devra attendre.

Les corrections : « L’Arracheuse d’Âmes » et « Blocus »

J’ai progressé beaucoup moins que prévu sur « L’Arracheuse d’Âmes » et « Blocus », mais le plan d’ensemble a bien avancé. Toujours pas de « fiches perso », mais la liste est complète. Il me reste à remplacer quelques raccourcis et artifices par quelque-chose de plus solide, et c’est ce quelque-chose qui me freine pour l’instant. L’impact est assez important pour les deux opus suivants, même si je pourrais faire sans.

Peut-être que d’écrire quelque-chose de neuf en Nanovembre m’aidera un peu…

Les corrections : « L’Ordre des Mères »

J’ai encore quelques détails mineurs à régler sur cette nouvelle, mais cela mis à part, le texte n’a en principe besoin que d’une vérification de l’orthographe et de quelques points de grammaire. Restera à la publier, certainement ici, et en principe en Décembre ou Janvier prochain.

Un autre Opus a été écrit pendant l’un des Camp Nanowrimo d’Avril, mais je n’ai pas encore commencé la reprise de ce texte.

Le projet Bureau

J’ai dessiné le plan de deux caissons qui viendront en extension de mon bureau. L’un contiendra mon ordinateur principal, l’autre mon futur NAS « home made ». En attendant, je continue de profiter du confort d’un « vrai » (enfin… sort of) burlingue dont le plateau est à la bonne hauteur, avec une surface suffisante pour mes activités, comprendre « c’est déjà emblavé de partout, mais ça en déborde pas ». J’ai le matériel nécessaire, et chaque caisson pourrait être réalisé sur un weekend, ponçage et peinture compris.

Un déménagement ?

Le propriétaire de mon logement souhaite récupérer son bien. J’ai deux sons de cloche sur les modalités. Les uns disent que ça ne peut se faire qu’en fin de bail, bail qui échoira en Juin 2021, mais d’autres informations tendent à montrer qu’un simple préavis de six mois suffit si le propriétaire du bien souhaite en faire son logement principal.

Pour l’heure, je n’ai rien trouvé dans mes moyens si je veux rester dans mon village. Les loyers pour un logement équivalent commencent à huit cent euros. A ce prix-là, autant acquérir un bien, non ? Sauf que je n’ai pas envie de me contenter d’un régime nouilles-jambon pendant vingt ans.

En m’éloignant, les prix baissent un peu, mais ce sont les coûts – temps et argent – de transport qui augmentent bien plus vite. D’un autre côté, pour peu que j’obtienne une bonne connexion fibre, le télétravail deux jours par semaine deviendrait une option à envisager.

J’ai trouvé quelques offres de constructions passives tout-bois intéressantes, les prestations incluant la gestion du permis de contruire. « Resterait » à trouver un terrain viabilisé ou déjà construit, mais surtout le financement.

Aéromodélisme

J’ai enfin passé, et obtenu ma licence. Je trouve un peu stupide de devoir passer une licence après trente ans de pratique de l’aéromodélisme radio commandé. Cette formation et la licence – au sens de « autorisation à pratiquer » – valable cinq ans sont nécessaires au vu de la démocratisation des « drones » (un drone est sensé être quasiment autonome mais soit. ) et des dérives qui ont pu être constatées.

La formation est un véritable assommoir, et les QCM de l’examen très orientés drones mais qu’importe, vu que je souhaite voler à nouveau en 2020. Notez qu’il faut cent pour cent de bonnes réponses, mais que l’on peut passer plusieurs fois le test, même dans la même journée, alors notez bien vos réponses pour obtenir le Graal au plus vite. J’ai dû m’y reprendre à quatre fois, pour des points de détail pour ma pratique du vol.

Aucune construction en vue dans l’immédiat, vu que j’ai déjà un Fun-Cub et un Spit qui ne demandent que des batteries neuves. Encore que, si c’était rentable, je me verrais bien à construire sur plan, à la demande…

Le projet « Cheap-8 » (pico-puter Mk II)

Un article là dessus est prêt à paraître.

Le debug toujours en cours montre que quelques aménagement sont nécessaires dans le code. Pour faciliter les tests, je pense ajouter – peut-être temporairement – une espèce de moniteur/assembleur/debogueur utilisable via le port série. Ce ne serait qu’un module de code optionnel, le temps de stabiliser le bidule sur l’Arduino Uno.

Cyclisme, à nouveau

Mon home trainer me permettra de garder un semblant de forme pendant l’hiver. Il n’est pas équipé d’un compteur comme mon vélo habituel, et Strava, sur un stationnaire…

Si je veux suivre mes progrès, et comparer avec mes sorties, je vais devoir m’équiper. En vue un compteur kilométrique – on a beau faire du sur-place, la roue tourne vraiment, et le frein se fait bien sentir – un cadence-mètre, et un chronomètre.

A suivre en Décembre ou Janvier.

CP/M , le retour

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un retour à CP/M, puisque je n’ai pas pratiqué assidûment ce système d’exploitation lorsqu’il était « mainstream » sur les micro ordinateurs huit bits. J’ai commencé mes aventures informatiques avec le Basic, puis directement MS-DOS.

J’ai installé RunCPM sur un Arduino Due. Ça fonctionne assez bien, avec un démarrage quasiment instantané, mais il faut utiliser un terminal ou un émulateur de terminal. L’écran sept pouces et le clavier de netbook présents dans mon stock compléteraient volontiers le Due pour en faire une véritable machine portable, mais ce sera pour bien plus tard, au mieux mi 2020.

NaNoWriMo 2019

Comme chaque année, je participe au challenge d’écriture. Le word count a bien progressé – environ 2500 mots par jour – mais ce n’est que le début du mois, et le rythme variera beaucoup par la suite.

Pour ce qui est du récit, je reste dans l’univers qui me suit depuis 2011. Il s’agit de science fiction, mais centrée sur les persos. La science fiction n’est qu’un décor, et tout ça pourrait très bien prendre place entre le XVIème et le XIXème siècle. J’ai à nouveau effectué un saut dans le temps – environ soixante-quinze ans après « Hunted » (nano 2018), histoire de renouveler mon « panel » de persos.

Le seul perso des précédents nanos qui risque de réapparaître sera un navire de ligne, ou « lignard », peut-être le « Scar » apparu lors des nanos 2016 et 2017, ou le « Stephen Hyll », qui squatte mes nanoteries depuis au moins 2014 ou 15.

Mes formats courts, ou « One-Shot »s

Je n’ai pas de micro-nouvelles récentes à proposer à la lecture. Les anciennes sont toujours disponibles, mais j’ai commencé à corriger hors ligne quelques-uns de leurs défaut. Rien de fondamental, mais quelques tournures de phrases – sans compter l’orthographe – me piquent les yeux. Je mettrai le tout en ligne courant 2020, suivant le temps disponible.

Pour conclure

Et bien, pas de gros changements. J’ai pas du pain sur la planche, mais ça me plaît d’avoir toutes ces occupations, avec un bon petit break, de temps en temps.

Catégories :Réalisations Étiquettes :

Des projets trop complexes ?

15 octobre 2019 Laisser un commentaire

Un constat

Pour l’heure, le projet pico-puter avance difficilement.

Pourquoi ? Plusieurs raisons, à commencer par :

  • Panneau de contrôle trop complexe à utiliser
  • CPU émulé trop complexe
  • Système d’I/O trop fourni et compliqué
  • Code trop ambitieux

Perdu d’avance ?

Pas forcément, pour peu que je parvienne à contenir la machine à « Et si … » . J’appellerai ça maîtriser l’innovation (même si ça n’en est pas)

Premier exemple : Mallette de rangement RC

J’aurais pu partir sur un design complexe, avec un rangement modulaire, des options et des extensions utilisables suivant les occasions, etc.

De quoi avais-je besoin ? Cette mallette devait contenir l’émetteur, les chargeurs, une ou deux batteries, un peu de doc (radio, licence) et quelques outils utiles sur le terrain (tournevis, cutter, stylo). Aucune complication là dedans.

Partant de là, le design choisi est très simple :

  • une petite mallette du commerce, dont j’ai cloisonné les deux battants en 1/2, 1/4, 1/4
  • des matériaux disponibles dans mon stock : carton épais, chutes de dépron, scotch

Le résultat est que je « traîne » cette mallette depuis des années, sans avoir dû y changer quoi que ce soit de fondamental. J’appelle ça une réussite.

Deuxième exemple : Mon établi pour espace réduit

J’ai longtemps pensé acheter un établi « premier prix » du commerce et l’adapter à mes besoins. Pour finir, j’ai choisi de recycler un petit meuble quasiment inutilisé.

Le meuble en lui-même a été étendu en un caisson grossièrement cubique, rendu mobile par quatre roulettes orientables et a été augmenté d’un plateau solide ainsi que d’un pegboard regroupant les outils les plus utilisés.
Les tiroirs verticaux finalement inutilisés ont depuis été supprimés et remplacés par un tiroir classique. Une autre réussite

Comment remettre le projet pico-puter sur les rails ?

En simplifiant :

  • CPU plus simple
  • utilisation d’un clavier et d’un afficheur « off the shelf »
  • simplification des I/O
  • sauvegarde et chargement de programmes ainsi que d’autres fonctionnalités secondaires reportées à la seconde itération
  • panneau de contrôle simplifié à outrance

Actuellement, le code compile et fonctionne. Il me reste à tester complètement chaque instruction du processeur émulé.

Contrôleur, clavier et afficheur « off the shelf »

Un dernier exemple : le projet bureau

Le but final est d’avoir un bureau solide, déplaçable (sur roulettes), et contenant mon ordinateur ainsi que de multiples rangements.

Tant que je suis resté sur cette idée, rien n’a avancé. Trop de détails à ajuster. J’ai donc réduit mes ambitions, si bien que j’ai écrit le présent article sur la première itération de ce bureau : un plateau sur ses quatre pieds, le tout rigidifié par trois traverses. Point.

Cette première mouture montre entre autres, que le plateau de verre peut rester simplement posé sur le plateau de bois, ce qui élimine le besoin d’une défonceuse (ça coûte cher, ces bêtes-là).

L’UC de mon ordinateur ? Et bien, elle siège pour le moment sur deux cadavres d’ordinateurs, le tout posé à côté du bureau.

La réflexion est en cours sur l’intégration de cette UC dans le bureau, avec une bonne piste en cours de conception.

Pour conclure

Donner trop de complexité à une réalisation est un bon moyen pour se décourager et peut-être même abandonner ou échouer. Il faut simplifier, retirer tout le superflu pour aboutir à quelque-chose d’immédiatement utile et utilisable. En somme, « Make it simple, but no simpler ».

En partant de cette version de base, et en l’utilisant au plus tôt, on se rend vite compte de ses limites, de ce qui peut être amélioré, et on peut en corriger les défaut éventuels, et préparer l’itération suivante.

En passant ça ressemble presque à une de ces méthodes « agiles » tant à la mode actuellement en informatique. Bref, j’aurais dû y penser bien plus tôt.

Catégories :Réalisations Étiquettes :

De retour

2 août 2019 Laisser un commentaire

Si je compte bien, ça doit faire plus ou moins trois mois que je n’ai rien publié ici. Le temps file…

En cause pas mal de choses. Grosse fatigue de tout ou presque, mais surtout des événements très proches qui m’ont particulièrement touché et m’ont littéralement scotché sur place. Sans oublier la météo qui n’a rien fait pour arranger mes bidons. Trop chaud, c’est trop chaud, et comme je dis souvent, « vivement l’hiver ».

Rien n’a vraiment avancé dans mes « en cours », ou presque. Le « presque » tient à la correction d’une nouvelle que je dois relire avant de la publier ici ou ailleurs.

De retour, donc. J’ai l’impression de ne faire que ça, être de retour. A peine atteinte une vitesse de croisière un tant soi peu confortable, à peine une belle ascendance accrochée du bout de l’aile que voilà la grosse tuile, l’événement, qui force à se vacher comme un mal propre. Je n’en dirai pas plus ; il est grand temps de reprendre l’air pour l’avoir, cette p#7@in de bulle, et transiter enfin vers la suivante.

Euh… Mouip, j’ai enfin corrigé « L’Ordre des Mères », même si il reste encore un peu de travail à faire. J’ai également investi mon bureau – le meuble, pas la pièce – et c’est installé sur un fauteuil de récup que j’écris le présent billet. Le PC est posé sur deux caisses vides en attendant mieux, mais à part ça, c’est comfy.

J’ai également remis à plat le projet pico-puter que je trouve toujours aussi sympa mais également assez fouillis. Ah, oui, et quelques brouillons de billets.

D’autres envies aussi, comme enfin se faire ce resto avec quelques amis bien choisis.

Allez, j’ai des billets à écrire.

Catégories :Vie du blog Étiquettes :

Il va falloir s’y remettre, mais bon…

29 janvier 2019 Laisser un commentaire

J’avais en tête un petit article en forme de bilan des vingt dernières années, suivi d’une liste de mes projets pour les vingt prochaines. Et puis non. Je n’aime pas les bilans, et même si je n’ai pas vu passer les vingt dernières années, difficile de se projeter dans les vingt prochaines. Cinq, ce serait déjà un gros morceau, et deux, déjà pas mal.

En réalité, c’est un peu le creux de la vague. Pas assez de temps, trop de fatigue, pas trop d’envies. Même mes corrections sont à l’arrêt, et mon bureau, qui aurait dû être prêt pour le printemps dernier, est loin de tenir sur ses pieds. Il va falloir s’y remettre, mais… mais bon…

Bear Sleeping (11842384304)

Il y a ce déménagement à préparer, un logement à trouver, dans mes moyens tant qu’à faire. Et ces organismes de logements qui ne me proposent qu’un appartement, dans la Chicago locale, en plus. Pour l’avoir vécue, la vie en appartement, c’est la mort à petites doses. J’ai besoin d’air, d’espace, de verdure, de nature.

Mes travaux en cours, petits ou moins petits, m’attendent. Il-va-falloir-s’y-remettre.

Pour le bureau, c’est en cours depuis le week-end dernier. Je compte en solidariser les pieds par des traverses, assemblées par tenons et mortaises. Le traçage est en cours, de même qu’une liste d’outils nécessaires pour la suite de ce projet, et pour ceux qui ne manqueront pas de suivre. Il me manque les classiques pour le travail du bois : ciseaux, rabots, …

Je vais également reprendre mes corrections ce midi, sur mon temps de pause, en me concentrant, pour commencer, sur « L’Ordre des Mères ». Il s’agit pour le moment d’une nouvelle, et une série pourrait suivre, mais une chose à la fois.

De l’écriture à la lecture, il n’y a pas loin. Ma pile à lire est à peu près stable. Je n’ai toujours pas terminé « Marée Stellaire« , de David Brin. Avec un chapitre tous les deux jours en moyenne, la lecture risque de durer, mais il s’agit d’un roman, pas d’un marathon.

En cours également, la mise à disposition de librairies et de programmes sur framagit, avec quelques questionnement quant-aux licences. Il y a un gros travail de documentation à faire, mais le fait de publier le code devrait me pousser à m’y coller. Et puis le code, ça se partage.

Pas de bilan, donc, ni de prospective à deux ans. Et encore quelques heures à résister à l’envie de benner cet article…

 

Crédits photo : « Bear Sleeping » par MJ Boswell from Annapolis, Md, USA ; licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic

Catégories :Vie du blog Étiquettes :

oueurks inne progress

17 avril 2018 1 commentaire

Je sais, un projet en cours, ce n’est plus un projet. C’est devenu un chantier, un « oueuk inne progress ».

Bref, j’ai pas mal de chantiers en cours , dont certains avancent assez lentement, à mon grand regret. Un petit résumé ? Allez, c’est parti.

Plateau roulant pour la table de salon – Terminé

Ce mod de ma table de salon est un simple plateau sur roues sur lequel est installée ma table basse, histoire de faciliter le nettoyage de la pièce, et de libérer de l’espace pour des projets volumineux. Pas si simple que ça, car il a demandé pas mal de travail de ponçage et de mise en forme, sans oublier la pose du vernis protecteur.

Mini Établi – En cours

Le but est d’avoir un établi de la taille d’un réfrigérateur un peu large, pour y travailler à bonne hauteur sur certaines réalisations. Un caisson sous le plateau permet de ranger l’outillage encombrant, et un tableau au dessus du plateau met à disposition l’outillage le plus utilisé.

Le caisson est terminé, le tableau est en place et a déjà reçu une petite flopée d’outils, avec quelques petites astuces.

Le « pico-puter » – En cours

Un tout petit ordinateur, dont les spécifs sont en partie rétro, avec peu de mémoire et un stockage primitif, et en partie presque moderne avec un bus I2C. Comme je veux qu’il soit programmable « simplement » en hexa, il n’aura qu’un clavier 4×4 touches, et le CPU est de type Chip 8 très simplifié. L’affichage sera de type OLED, en texte seulement. On fera plus grand plus tard.

Sont prêts pour le moment la carte « CPU », l’alimentation, le bus de type « fond de panier », et quelques composants I2C ont été mis à contribution.

Le Bureau – En cours

Un bureau (le meuble) fait sur mesure et selon mes besoins à partir de bois de récupération. Il doit supporter mes deux écrans, cacher l’unité centrale, avoir quelques rangements, et laisser assez de place pour y faire un peu d’électronique, être déplaçable sans trop d’efforts, et surtout, être utilisable pour le CampNaNoWriMo d’Avril. Autant dire que j’ai pris pas mal de retard, vu que j’écris depuis mon canapé.

Le plateau de 70 par 120 centimètres est prêt, les pieds temporaires sont presque prêts. Il me manque des longueurs de chevrons pour rigidifier l’assemblage des pieds.

Blackstrad – En projet

Mon premier ordi était un Amstrad CPC. Le second, était un Amstrad PC. Et bien, trente ans après, les Amstrad PC démarrent toujours. Ok, à part un 1640 dont le moniteur défaillant a grillé la carte mère. J’aime bien ces machines, même si elles sont difficilement upgradables.

Le boîtier du 1640 recevra une nouvelle carte mère. Pas un Intel ou AMD dernière génération, pas un ARM non plus, mais un vénérable 80286. J’ai tout ce qu’il faut pour l’assembler, à part quelques petites pièces à imprimer, mais pas assez de temps… Ah oui, le clavier qu’utilisera cette relique doit être au format Dyn. Je verrai ce que je pourrai trouver. Au pire, j’ai d’autres cartes mère un peu plus récentes qui pourraient convenir. A terme, cette machine doit me servir d’intermédiaire entre mes 1512 et 2086 et l’informatique « moderne ».

Pourquoi « BlackStrad » ? Parce que, tout simplement. Et puis je pense peindre la caisse en noir mat avec quelques liserés de rouge.

Pi-Station 3 – En projet.

J’ai deux PS3 en rade. L’une est complètement crâmée, et toute sa tripaille est partie en recyclage. Ne me restent que quelques périphérique internes. Si ces saucissons-ci sont secs   Si ceux-ci intéressent quelqu’un, et bien qu’il ou elle laisse un petit message en commentaire, et on s’arrangera (je ne suis pas vénal).

Bref, j’ai un boîtier de PS/3 que je verrais bien habiller un petit cluster de Raspberry Pi, avec une vision directe au travers de la façade fumée de la PS3. Ce serait aussi l’occasion de mettre à profit le peu d’expérience que j’ai acquise avec mon mini cluster à base de PC recyclés.

J’ai deux ou trois Raspberry qui s’ennuient comme des rats morts, mais autant prévoir tout de suite l’emplacement de quelques cartes supplémentaires. Pour faire vivre le bidule, je dispose d’un switch ethernet à 6 ports, un multichargeur USB. Ne manquent que quelques câbles ethernet et usb courts.

« Page Blanche » – En attente de retour

Mon tout premier nanowrimo… (** essuie une ‘tite larme) … a été confié pour avis, et conseils.

Les corrections en cours

« L’Arracheuse d’Âmes » et « Blocus » demandent encore un peu de travail de préparation avant d’entamer la correction/réécriture proprement dite. J’essaierai d’être plus méthodique que pour « Page Blanche », qui est passé par bien trop de cycles de corrections.

« L’Ordre des mères » : le premier chapitre est presque prêt. Je le mettrai sur mon blog privé après le Camp Nano d’Avril.

« La fin de l’Ordre » sera la correction suivante, à moins que je ne m’occupe d’une micro-nouvelle écrite lors d’un Camp Nano précédent. Et oui, c’est sans fin.

Les « One-Shot » – A continuer

Plusieurs micro-nouvelles ont déjà été publiées sur ce blog. Parfois ça pique un peu côté orthographe et grammaire, mais j’ai adoré les écrire. Les partager plus largement, peut-être via des appels à texte ou via une auto édition serait peut-être intéressant. Je ne suis pas encore fixé là dessus.

Plusieurs sont en attente de correction avant de pouvoir être lâchées dans la nature. Je devrais pouvoir m’y atteler à partir de Mai prochain, entre d’autres corrections et d’autres projets.

Aéromodélisme radio commandé – En cours

Je l’avoue tout de suite : je suis plus un constructeur qu’un pilote. Je sais voler, pas trop mal d’ailleurs vu le peu de temps que j’y consacre, mais je préfère construire.

Pour voler, j’ai de quoi faire :

  • un Spitfire au format Parkflier dont je dois terminer l’aménagement moteur
  • un Fun Cub dont le train manque un peu de rigidité
  • un Wilga look-alike à réaménager

Ne manquent qu’un peu d’huile de coude, du temps et des batteries.

Côté construction, j’ai un plan sympa de semi-maquette pour un P40-N d’une envergure de 140 cm. Seul le train prévu fixe me fait tiquer. Je compte bien le remplacer par un train rentrant conforme au réel (ceux qui connaissent les P40 et le Corsair savent ce que ça veut dire).

Un peu de bois et c’est parti ? Oups, pas de chantier !

Et bien, projet supplémentaire :

Chantier de construction aéromodéliste – Ébauche de projet

Kesako un chantier ? Il s’agit d’un espace parfaitement plan, et suffisamment grand pour y assembler deux ailes ou un gros fuselage par demi-coquilles.

Tout est à faire, de la conception à la réalisation. J’ai le choix entre une planche épaisse etune boite rigide. Je ne suis pas encore fixé. L’idéal serait que ce chantier soit prêt pour la fin de l’automne prochain, quand il fera trop mauvais pour rouler.

Basse – Aucune raison de s’arrêter.

Non, pas « guitare basse », mais basse tout court. Même si certaines techniques de jeu sont communes à la guitare et à la basse, ces deux-là sont aussi différents qu’un tuba et une trompette. Voilà, c’est dit. Et puis, de quoi j’ai l’air, moi, avec une guitare ? Pourquoi pas un Ukulele tant qu’on y est ? Je plaisante beaucoup là dessus, et les guitaristes me le rendent bien, mais la basse est vraiment l’instrument musical qui me convient, même si je n’aurai jamais le niveau d’un Jaco Pastorius, d’un Lemmy Kilmister ou d’un Leland Sklar.

Je continue à travailler la basse. C’est un réel travail, parce que je ne suis pas adepte du solfège, même si j’ai quelques notions, et que du coup, la mémorisation est plus gestuelle que portée par un langage, sans oublier que mes petites patounes de Judoka – même après avoir arrêté, on reste judoka – ne me facilitent pas les choses.

D’un autre côté, c’est largement un plaisir de sortir de bonnes séquences. Et quand un morceau commence à bien sonner, ## mode Ruby Rhod ## c’est le pied !

Voilà pour l’essentiel.
Cet article est un peu plus long qu’habituellement, mais je me sentais de faire un petit bilan d’étape, histoire de mesurer mes progrès d’ici quelques mois.

Creative Commons License

Catégories :Réalisations Étiquettes :

Pas de billet cette semaine, le retour

9 janvier 2018 Laisser un commentaire

Et oui, je récidive, enfin presque, ou encore, c’est selon.

La nouvelle année n’est déjà plus si neuve, et ce blog tourne toujours au ralenti. Je ne me plierai pas à l’exercice sans fin de bonnes résolutions. Agir, c’est bien mieux…

… Mais reprenons dans l’ordre.

Paperball 2

Alors que le NaNoWriMo 2017 devait me permettre de retrouver ici une certaine régularité, il m’a laissé sur les rotules, et Décembre est passé comme une fusée sous une averse un soir de fête nationale. Le temps de se remettre des réveillons, même sans abuser, on a vite fait de se réveiller en seconde semaine de l’année suivante, effet « Don’t blink ! » assuré, à se demander où tout ce temps a bien pu passer.

En y regardant de près, j’en ai une petite idée : entre les corvées voleuses de temps à côté desquelles les Anges Pleureurs sont un moindre mal, l’entretien de la maison, le début de préparation du potager en bacs, le rangement de la paperasse (un an de procrastination pleinement assumée), quelques « petites » sessions de bricolage, le début de correction de deux nouvelles, les coups de main donnés ici ou là, et la basse, bien sûr. Du coup, le blog… Non pas que je n’ai rien à dire, c’est même tout le contraire. J’ai même plusieurs brouillons à terminer.

Cette année encore, pas de résolutions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, mais toute une série de projets en préparation et en cours, que je détaillerai plus tard. Dans le désordre :

  • Quelques petites réalisations en bois, dont une caisse de rangement, façon mine d’or dans les Westerns
  • Le « projet Bureau », que je compte pouvoir utiliser pour le prochain Camp NaNoWriMo d’Avril prochain
  • Un demi-établi, de la taille d’un réfrigérateur, déjà bien avancé
  • Le « Blackstrad », projet pseudo-rétro-informatique, pour lequel j’ai quasiment tout le matériel nécessaire
  • Une Pi-Station 3 dans le même état
  • La remise en ordre de mon mini cluster après la panne définitive du nœud principal, et son utilisation, tant qu’à faire.
  • Le potager en bac, avec de grosses décisions à prendre, car il va falloir augmenter les volumes.
  • Le pico-puter, laissé en plan au démarrage du nano.
  • Mes bidouilles improbables à base d’Arduino, AT mega et AT tiny85
  • La remise en fonction de mon imprimante 3D
  • Une mini défonceuse, ainsi qu’une perceuse sur colonne et une scie circulaire au même format.

Là où ça devient amusant, c’est que je vais devoir m’organiser : l’imprimante 3D aura besoin d’une place sur le bureau (ma table de cuisine ne veut plus la voir), le Blackstrad, la Pi-Station et  la défonceuse ont besoin de pièces imprimées 3D, l’imprimante 3D et le bureau ont besoin de l’établi, et terminer l’établi a besoin… de lui même et de quelques rangements supplémentaires.

D’un autre côté, ça doit rester fun alors on va improviser, comme toujours !

Creative Commons License

Catégories :Vie du blog Étiquettes : ,

Pas de billet cette semaine…

4 mai 2017 1 commentaire

J’essaie de produire un billet chaque semaine, en général publié le mardi matin à sept heures pétantes pile. Enfin, ça c’est quand je parviens à rester plus ou moins régulier et pas trop sur-occupé. J’avoue que je triche un peu, avec parfois un ou deux billets d’avance et préprogrammés dans WordPress.

Cette semaine, rien. Aucun brouillon presque prêt. Aucun brouillon tout court. Pas trop l’envie non plus.

Paperball 2

Il faut dire que…

Sâle époque ! Pas personnellement, vu que tout suit son cours, avec son lot de surprises bonnes ou moins bonnes. Ce sont les événements récents en France et ailleurs qui me pèsent, et la remontée même relative des températures – désolé, j’adore le froid, malgré les factures de chauffage – n’aident pas à supporter l’air du temps.

L’air du temps, ce sont les élections et leurs lots de déceptions, l’écœurement au vu du comportement de ceux qui prétendent nous gouverner, et dont on attendrait un minimum de probité et de responsabilité. L’entêtement des uns et des autres , les soi-disant démocrates qui se rallient à la lie politicarde. Les invectives entre les pro-vote-blanc, les pro-abstention, les pro-barrage-aux-bas-du front…

Sâle époque ! Préparez-vous, car ces cinq prochaines années, voire plus, on va en ch13r des ronds de chapeaux, des horloges comtoises et des coucous suisses !

Dans cinquante ans, ce début de siècle apparaîtra dans les livres d’histoire comme une période bizarre, entre un grand n’importe-quoi, une régression généralisée et, je l’espère, finalement une prise de conscience et une reprise en main du pays – et de l’Europe – par les citoyens.

En attendant, ne nous laissons pas abattre. Les temps sont difficiles, mais tant qu’il y a de la vie… Hors de question de capituler, alors continuons nos petites vies et nos petits projets non pas comme si de rien n’était, mais plutôt comme un magistral doigt d’honneur à tout ce m3rdier et à ceux qui l’ont créé.

Par chez-moi donc, en cours dans le désordre :

  • Mon potager en bacs. J’ai pris un peu de retard, mais je me rattraperai le coup ce week-end. Ma serre peine à pallier à la fraîcheur de ce début mai.
  • Un atelier « à géométrie variable ». La première étape sera la modification d’un vieux meuble en aggloméré, dont je vais augmenter la profondeur à 70 cm, et que je vais monter sur roulettes. Un rangement vertical me permettra d’y optimiser la place disponible, façon pegboards
  • Un bureau. Je rédige ce billet sur un clavier posé au bord d’un meuble de cuisine. J’ai besoin d’un vrai bureau, pour être à l’aise lors de mes devs persos, de mes corrections, des divers événements nanotesques, ou tout simplement pour faire les comptes. Le design est en cours, et ça prend forme, peu à peu.
  • Un mini cluster. Eh oui, c’est du geek pur jus. J’en ai déjà parlé ici, et j’y reviendrai plus tard. Étape par étape, je progresse. C’est technique, loin d’être insurmontable, et ça va évoluer dans le temps.
  • Plusieurs petits projets à base d’attiny85, atmega et apparentés. Maintenant que j’y vois clair, je peux ressortir le fer à souder sans risquer de me greffer bien malgré moi résistances, condos et autres diodes. Le trans-human-punk, très peu pour moi !
  • Travailler la basse. Je suis toujours un neuneu en solfège, mais l’important, c’est le groove de prendre plaisir à jouer. Et non, pas de « slap-da-bass », je joue aux doigts avec parfois quelques petites choses au médiator.
  • L’aéromodélisme. J’ai un peu mis cette occupation de côté trop longtemps. Je suis en manque de poussière de balsa, en manque de vol, et j’ai les pouces qui démangent.
  • Une bonne remise en forme, à vélo, hors routes. Je galère, et c’était prévu, mais je devrais avoir le niveau et la forme à temps pour les congés d’été. En passant, si quelqu’un connaît un magasin autour de Lille qui propose des casques en taille 64… Mouip, j’avais déjà le même problème au « Club Militaire-Armée ».
  • Ecouter de la bonne musique. Je suis assez hétéroclite de ce côté-là, et il y a de quoi se faire de très longues playlists. Ce soir, c’est PJ Harvey, Portishead , The Cure. Suivront peut-être Emilie Simon et Jethro Tull

Voilà, de « Sâle époque ! » à un morceau de liste d’occupations, je crois que ça s’appelle positiver.

« Pas de Billet cette Semaine…  » Comment dire…

Creative Commons License

Catégories :Vie du blog Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :