Archive

Posts Tagged ‘life’

Cinq heures trente

juillet 31, 2018 Laisser un commentaire

Les congés avancent à (trop) petits pas. Encore quelques semaines à tenir. Ca devrait aller, mais je vais avoir besoin de quelques grâce-matinées pour me reposer réellement. Ah, traîner au lit une petite demi-heure, se lever à huit heures au lieu des cinq heures trente habituelles.

Cinq heures trente ?

Cette question-là revient presque aussi souvent que le « Tu ne regardes pas la télé ? Mais qu’est-ce que tu fais de tes soirées ?

Pour comprendre, il faut revenir quelques douze ou treize années en arrière. Je me levais vers huit heures pour un départ au travail au plus vite. Je devais me dépêcher, avaler mon petit-déjeuner tout rond quand j’en avais le temps, m’habiller en vitesse et me lancer sur les routes pour tomber juste… dans les bouchons.

C’était une période très difficile de ma vie. Le divorce, un nouveau travail, « tout ça », comme on dit.J’ai fini par en avoir assez de courir, et j’ai pris mon temps… en me levant toujours à huit heures, ce qui m’obligeait à speeder le reste de la journée pour que le travail dû soit fait.

Pas glorieux du du tout.

Cinq heures trente, donc

Mon but était d’avoir le temps le matin. Du temps pour un vrai petit déjeuner, du temps pour lire, pour écrire, bricoler un peu. J’ai donc fixé mon heure de lever à cinq heure trente. Avec un départ pour le travail à sept heures moins le quart pour éviter les embouteillages, ça me laisse plus d’une heure pour me préparer sans stress, entretenir mon jardin en bacs, repasser une chemise si il faut, etc.

Enfin des débuts de journées tranquilles, sans stress, sans avoir à courir.

Reste un problème à gérer, ou plutôt deux. Le premier est simple : à dix heures, pour moi il est midi, et mon estomac gronde comme un ours affamé. Un petit en-cas pour tromper la faim, et c’est réglé.

Le second problème ?

Les soirées

Se lever plus tôt n’allonge pas les journées. Au mieux, ça les rend plus longues, mais en réalité, ça raccourcit les soirées. A vingt et une heures, il n’y a plus personne à la barre, et le navire menace de s’échouer en vrac sur le canap. Le plus simple est d’évacuer son âme dès que les yeux se croisent. Avec le temps, l’heure du coucher oscille entre vingt heures trente et vingt deux heures, à une vache près, mais en respectant ce principe, et sans se forcer à passer son cap, cinq heures trente le matin, c’est du gâteau.

Alors, pourquoi j’en parle ?

Et bien… je suis crevé, les batteries sont à plat, et les congés sont un poil trop loin. Lever difficile, après-midi en mode zombie, soirée inexistantes, et les weekends ne suffisent plus.

Je veux mes vacances !

Elles finiront bien par arriver, ces vacances, et je compte bien en profiter : changer d’air, changer de rythme, pioncer autant que nécessaire, n’accepter (presque) aucune contrainte, passer de bons moments sans m’imposer quelque horaire que ce soit.

En trois mots, de vraies vacances.

Je réduis déjà le rythme, en dehors du travail. Déjà, ce billet est en retard, et je verrai si j’en produits un les deux ou trois prochaines semaines, même si les sujets ne manquent pas.Je vais plutôt m’occuper de deux bécanes en attente de linuxification, terminer le contrôleur de leds RGB, lire…

Creative Commons License

Publicités
Catégories :life Étiquettes :

Canicule, culicidae, choucroute

juillet 17, 2018 Laisser un commentaire

Une petite râlerie pour commencer ?

Les quelques jours de répit la semaine dernière n’ont pas suffi, et la chaleur a repris de plus belle. Mon temps libre se répartit entre larver comme un ours dans sa grotte et tenter de dormir avec la fenêtre grande ouverte, histoire d’avoir un peu d’air, et espérer un peu de fraîcheur au petit matin. Avec les moustiques – cette partie du village est bâtie sur un ancien marais – quand ce ne sont pas des abrutis qui klaxonnent jusqu’à pas d’heure en braillant des « on a gagné » en oubliant que le « on », ce n’est pas eux, et qu’ils n’ont donc en personne pas mérité autre chose que le mauvais karma d’avoir supporté une compétition de millionnaires dans le pays d’un dictateur déguisé en démocrate. Oui, je râle, oui, la chaleur me rend grognon, je suis de très mauvais poil (et du poil, un ours, ça connaît bien). C’est le côté Mr Butcher du pseudo-duo dont je joue parfois.

Bref, je suis crevé, je dors mal, mes vacances sont encore loin, j’ai pas mal de boulot – encore heureux, tiens !

Tout n’est pas négatif là dedans. Je dors peu et mal, mais ça me laisse pas mal de temps pour gamberger. Les sujets ne manquent pas, à commencer par les projets en attente d’une météo plus favorable.

Le projet bureau refait surface.

J’y tiens, à ce bureau. Ce qui coince, pour le moment, est l’absence de longerons de bois pour relier les pieds en une sorte de U aplati et inversé, comme une antique table de ferme en bois massif, mais avec le montant central déporté vers l’arrière. Un bois dur d’une section de cinq à six centimètres serait l’idéal, avec deux longueurs de 70 et une de 120 centimètres. Malheureusement, soit c’est hors de prix, et ça ne rentre pas dans le budget, soit ça se vend en longueurs de quatre ou cinq mètres, et ça ne rentre pas dans la voiture. Pour la seconde solution, je pourrais couper mes longueurs sur le parking et embarquer les morceaux, mais je suis déjà en mode surchauffe.

Entre deux salves de prélèvements sanguins par ce s@#!es de Culicidae m’est venue l’idée de les fabriquer, ces longerons. On trouve dans le commerce des carrés de pin de trois par trois centimètres en longueur de 2,40 mètres. Il m’en reste d’ailleurs deux. Le pin est un bois plutôt fragile, qui marque et plie assez facilement, surtout quand un John y appuie sans ménagement le quarante-six et demi de ses petits pieds, mais ces carrés-là sont plutôt rigides, et en les contre-collant, je pense obtenir un matériau à la fois solide avec une section de six par six et facile à travailler.

Il fait trop chaud, je disais, avec pas loin de trente en plein cagnard, mais en ventilant très tôt, puis en occultant les fenêtre, ma grotte commence sa journée à 18 ou 20°C, et plafonne à 24 ou 25 °C en journée. En commençant très tôt, la partie « physique » du travail peut-être terminée pour huit heures.

Bientôt les vacances ?

Quelques semaines encore. J’ai assez de travail pour ne pas voir le temps passer, mais ça va finir par arriver, une peu comme la petite vér… euh… ça va arriver.Il faut toujours un jour ou deux pour atterrir, et mais je suis toujours surpris de me lever à l’heure habituelle sans avoir à aller travailler.

Mes loupiaux sont grand maintenant. Ils n’en sont pas encore à mener leur propre meute, mais assez âgés pour décider pour eux-même. Pour résumer, l’un travaillera pour financer une partie de ses études, l’autre a trouvé « mieux » à faire. C’est de leur âge, je comprends, et c’est la vie, non ? Ça va me faire bizarre, ces premières vacances en solitaire !

Une partie du programme est déjà établie. Mon logement a besoin de quelques travaux, et il y aura quelques jours à passer sur les travaux « lourds » du jardin. L’autre partie, et bien je commence à y penser. Du vélo bien sûr, à raison d’une trentaine de kilomètres par jour, et je ressortirais bien mes avions pour quelques séances de vol électrique, histoire de me rappeler de ce que c’est.

Je compte également aller voir un peu de pays. Pas très loin, et pas très longtemps, mais assez pour me couper d’un peu tout. A priori j’ai déjà une destination, avec un pied à terre chez l’habitant, et quelques bonne balades à faire, à vélo ou à pieds.

Le vélo, justement

Mon bicyclown est équipé de chambres anti-crevaison, dans lesquelles une espèce de gel épais est sensé combler les éventuelles fuites. Et bien, ça marche … à moitié.

Pas besoin de regonfler entre deux parcours. Le caoutchouc d’une chambre est toujours un tout petit peu poreux, et le gel en question fait bien son travail. C’est la moitié qui fonctionne. Par contre, anti crevaison, mon zieu ! Je me suis retrouvé à plat, pour un trou d’un pouillème de millimètre. Dans l’urgence, j’ai simplement remplacé la chambre par une de ses sœurs, et je l’ai réparée une fois rentré chez moi. La réparation validée par un gonflage un peu costaud, surprise ! Le gel s’échappe par la valve lors du dégonflage ! On y arrive, mais c’est fastidieux.

Pour le reste, la partie cycle encaisse assez bien, même si les roulement des roues finiront bien par lâcher. Ce sera l’occasion de changer les moyeux et de les équiper de freins à disques. Les patins sont efficaces lorsqu’ils sont secs, mais une fois mouillés, et ça arrive souvent quand on roule en chemins de terre dans les bois, c’est aussi efficace que d’espérer finir par s’arrêter « naturellement ».

Ah oui, toujours pas de casque à ma taille. Je vais devoir commander ça par internet…

Choucroute ?

Je pédale dans la semoule… A me demander si prendre mes congés aussi tard est une si bonne idée, après tout. J’ai besoin d’une petite pause, sans activité de fond, me la couler douce en soirée durant une ou deux semaines, écrire un peu, gribouiller, gratter la basse…

Choucroute ? J’avais simplement envie de la caser quelque-part, et puis « Canicule, culicidae, semoule » est bien moins fun que « Canicule, culicidae, choucroute ».

En passant, un petit merci à Jean Yannes

Creative Commons License

Catégories :life Étiquettes :

Déjà Décembre !

décembre 13, 2016 Laisser un commentaire

Ce petit post ne devait pas être un bilan de l’année. De fait, je le prépare depuis la fin de l’été. Ça devait être un point d’étape, mais une semaine après l’autre, j’ai attendu encore et encore. Du coup, voici Décembre qui pointe le bout de son nez.
D’accord, bilan 2016…

Fin de la pause ?

A part quelques petits trucs, je n’ai pas fait grand-chose sur ce blog. Un post par semaine, ce n’est pourtant pas trop demander.

NaNoWriMo

Nanovembre 2016 vient de se terminer. Celui-ci s’est fait comme mon tout premier, en totale impro. D’habitude, depuis 2011, j’ai une vague idée avec un ou deux nœuds importants dans l’histoire, entre lesquels je navigue plus ou moins à vue, mais cette année, ça a été improvisé de A à Z.

Mon utilisation de Zim pour NaNoWriMo

Et oui, cette année, j’ai laissé tomber gedit, l’éditeur de texte de Gnome et mate, au profit de Zim. Zim est une espèce de croisement entre un wiki et un outliner. Outliner pour l’organisation des pages en arbre. Wiki pour les liens inter pages.

Potager en bacs

Mes expériences potagères se sont poursuivies cette année, avec une tentative de culture de pommes de terres en bac. La grosse déception a été du côté des haricots verts, dévastés par les limaces.

Écriture

A part nanovembre et le Campnanowrimo d’Avril, quelques petites amorces, mais rien de probant.

Travail

J’évite de parler travail ici, mais cette année, comme la précédente, d’ailleurs, la charge de travail a été assez énorme. Je suis très loin d’être un fainéant, mais une petite période un peu moins chargée serait la bienvenue.

Santé, forme

Presque impeccable ! A part deux incidents de parcours, tout va. J’ai même repris le sport.

Sport

Je suis judoka. Ca fait partie de moi, mais j’ai dû arrêter en 2000, suite à des blessures à répétition.

L’an dernier, je me suis acheté un vélo. Lourd, genre VTC, histoire d’être obligé de bien pousser pour avancer. Là il fait trop froid, et je n’ai pas l’équipement d’hiver, mais j’adore rouler sur les chemins de terre.

Aéromodélisme

Mon Spit n’est toujours pas terminé. J’ai remplacé le moteur d’origine anémique par un 200W à peine plus lourd mais qui tire vingt fois plus

Électronique

J’ai dû faire une pause sur les montages. La presbytie m’a rattrapé durant l’été, et j’en ai eu assez de souder mes doigts sur les plaquettes.
Côté arduino, j’ai un petit projet en cours, avec une VM genre chip8 , mais en pur 8bits, et pour les données et pour les adresses. C’est limité, mais c’est fun.

Politique

Je suis largement dégoutté par la politique en france. La loi travail est une ignominie qu’il faudra supprimer au plus vite. Je suis un humaniste, et il n’y a aucun parti humaniste ! La gauche n’est pas de gauche, la droite est d’extrême droite. Tout le monde se goinfre, et c’est le peuple qui trinque. Les prochaines élections puent la merde d’ici !
Et cet état d’urgence permanent utilisé pour museler l’opposition citoyenne! Mais pétard, on va où ? Ça peut paraître extrême comme opinion, mais je crois que la démocratie française est morte. Il va falloir reconstruire ça correctement. Pour le peuple, avec le peuple, par le peuple.

International

La chine à la tête d’Interpol. Des dictatures au conseil des droits de l’homme de l’ONU. Pourquoi pas Monsanto à l’Unisef ?

Tibet

Le sort de ce pays me préoccupe toujours. Apparemment, tout le monde s’en fiche ! Le mythe d’un marché commercial juteux et la peur de fâcher le géant servent bien les intérêts de cette dictature génocidaire qu’est la Chine.

Europe

L’ europe est dans le même état que la france, et inversement. Ce n’est pas beau à voir. Les accords commerciaux négociés en toute opacité ne vont pas améliorer l’ordinaire des citoyens européens.

Voilà. Un petit post pour me remettre le pied à l’étrier. Ça se termine sur quelques notes pessimistes, mais il ne faut pas s’y arrêter.

Creative Commons License

Catégories :life Étiquettes :

A small portal for my websites

août 8, 2010 Laisser un commentaire

I actually have two blogs and three small web subsites, so maintaining a link between them, and making it easy for reader to discover them all is not easy.

So I needed a simple portal, allowing access to each of them from a central web page.

I have used Komposer for it ease of use and its ability to build small pages within minutes, without having to master the HTML markup language.

The portal is here :

Creative Commons License

Catégories :english, life Étiquettes : ,

Unclutter your smartphone

août 1, 2010 Laisser un commentaire

Several of my friends/colleagues and I have a smartphone, of different brands.
Most of us are very happy with it, but one of us  (no name please) is displeased with the way it handles its applications, and where they are stored. Hid phone is one of the latest (maybe the latest at this time) Android based smartphone.
After having installed many applications he found that his main memory was nearly filled with apps and files. Now he want to get rid of it and buy the ap<biip>e i<biiip>e model. He is great at buy new phone models and new apps and spending a whole lot of money onto it (just my opinion anyway).

I started working with computers in 1987. Those were the days of the 8086 based PC-XT with a for the time wonderful 512 kb of main memory. If you could not afford a 20 of 40 Mb hard disk then you had to cope with one or two 360 kb floppy drives. More « advanced » PC-AT were out of reach for a student. Later I got a 128k Mac, with its err… 128kb of memory and a single floppy drive. Later again, and for a few years my main machine has been a Psion Series 5 palmtop with 8 Mb of memory, which were used for running the multitasking system, the applications and store the application data.
All these machine had something in common: their quite terse memory and disk resources. Not many people could cope with this nowadays but mind you we worked very well with those machines. How come?
First, there was no internet, or it was just the beginning outside the university, and multimedia was for high end computers and workstations.
Second, applications were very expensive, and free software were not widespread.
Last, but not least, we applied some basic mecanisms to cope with sparse resources. Those are still applied nowadays – at least I still do apply them; the fifth one appeared with web applications.

  • one and only one  application for a function
  • any application not used at least twice a day is to be discarded
  • any application where most functions are not used must be discarded
  • no games, or at most one or two tiny games
  • for web intensive applications prefer the browser based version to its native version (only apply sinc a few years)
  • keep only small, but efficient apps
  • one acronym : KISS ( for « Keep It Stupid Simple » )

My actual phone main memory and storage are not cluttered, even if I have tried many more applications than I should have. Simply applying the above principles keep my phone, my netbook and myself away from clutter.

Creative Commons License

Catégories :english, life Étiquettes : ,

Bought a didgeridoo

septembre 11, 2009 Laisser un commentaire

In my last post I told about some of my projects.

Well I should have put one more onto my list, but I had this in mind  for such a long time that I haven’t even thought about it: I’ve wanted to learn playing the didgeridoo for a very long time, but never found any.

I have built a few with rolled cardboard – the type you put rolled plans in, others made with emty springles tubes, tried to make one with PVC tube.

The results were varied, from a mere sound down to no sound at all.

Today at lunch time I went to a music store to buy new chords for my guitar. While wandering  in the store I found a few didgeridoos stored within a bunch of drums. One had its tip near the mouth piece broken, next was made of some sort of plastic, so I had to choose between the three that were left.

I finally bought this one

didge_side_600

This side is quite nice, but I particularly like the other side  :

lizard_600

It sounds great , but I have a lot to learn.

Creative Commons License

Catégories :english, life Étiquettes : ,

Back from holidays: Goals, projets, what-if’s

septembre 8, 2009 Laisser un commentaire

I’ve been away from blogging and anything personnaly productive for weeks, although 9/17 work started about a month ago.

Of course now it is harder to start blogging and doing other personal business again but I really enjoyed these personal holidays.

This back to work time is a time to set up attainable  goals and try to achieve them at best.

My top thress goals are easily realistic :

  1. First,  keep smiling and stay positive, whatever happens, and bring all this into this blog.
  2. Second is  more personal, and should be first on my list : meditate eveyday. This one needs to fulfill my thrid goal:
  3. Third goal : wakeup at 5:30, so that I can meditate in the calmness of early mornings, just before the first bird singing outside.

Then come more everyday life goals :

  • learn to fly RC aircrafts again
  • work and play my bass
  • loose weight. Oh nothing really; only about 20 kg

Then I still have this business idea to work on.

Others goals are too technical to be completely described here, or just whatifs.

Goals, projects, what-ifs, all things that make one work onto oneself and evolve.

Creative Commons License

Catégories :english, life Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :