Archive

Posts Tagged ‘windows’

« Oui-Oui, les Shadoks et la Plancha », épisode 2

1 janvier 2019 Laisser un commentaire

Voici la suite, et la fin de mes déboires avec l’installation de Windows 10 sur un PC cible neuf, confer « Oui-Oui, les Shadoks et la Plancha » pour la première partie.

Broken-Window-20130513

Le PC en question fonctionne maintenant correctement. La différence avec les échecs répétés que j’ai eu à subir ? Allons-y par étape par étape.

La clef USB Windows 10

La clef USB fournie dans le package « Windows 10 familial » me semble défectueuse, même si des tests de base n’ont rien remonté. Dans le doute, je préfère ne plus l’utiliser…

Clef USB d’installation perso

J’ai créé cette clef en utilisant le Windows 10 installé sur ma plancha. Rien de bien compliqué, il suffit de lancer un utilitaire dont j’ai oublié le nom – une petite recherche avec Qwant donnera la réponse – puis de cliquer une ou deux fois, et enfin de patienter.

Test de disque dur

Après démarrage du PC sur un DVD Linux, ni gparted ni fdisk n’ont trouvé la moindre table de partitions sur le disque cible, Linux refuse de le monter, créer une nouvelle table de partition se solde par un échec et une insulte et une bête commande « dd » m’a sorti des erreurs d’entrée-sortie par rafales à en faire pâlir la sulfateuse d’un Warthog. Conclusion…

LE DISQUE EST FOIR… DÉFECTUEUX !

L’installation, enfin !

J’ai remplacé le disque défectueux par mon disque dur de réserve, de même marque et même capacité, mais d’un modèle différent. PC toujours ouvert, clef USB insérée, faire deux ou trois tours d’hélice pour amorçer, contact, magnéto, et hop, ça tourne comme une horloge !

Du boot à la fin de l’installation, il s’est à peine écoulé un quart d’heure, et quelques mises à jour plus tard – autant profiter de la fibre récemment installée – le PC est fin prêt pour être restitué à son propriétaire.

Côté performances, on ne peut pas être déçu vu les specs de l’ordinateur. Au boot, par exemple, il passe plus de temps dans le BIOS/UEFI qu’à démarrer le système. Libre Office, Firefox, et les quelques autres applications testées démarrent des plus rapidement.

Le disque défectueux, maintenant

Comme dit précédemment, il s’agit d’un disque neuf acheté via mazone, mais le délai de retour de trente jours, dont je doute de la légalité est dépassé. J’ai dû contacter directement le fabriquant, qui m’a après quelques vérifications fourni un bon de retour pour échange.

Le disque soigneusement emballé doit maintenant se trouver quelque-part entre Lille et Paris.

Leçons apprises !

Leçon #1 – Toujours vérifier le matériel dès réception, même si c’est chi « on a le temps, je ferai ça demain » . Le fait est qu’on n’est jamais demain, alors on prend le temps tester le matériel le jour même, au pire le lendemain. Ca peut éviter de perdre du temps plus tard, car plus tard, c’est peut-être trop tard.

Leçon #2 – Je confirme ce que j’ai dit dans « Oui-Oui, les Shadoks et la Plancha » : WINDOWS C’EST DE LA DAUBE MAL CUITE ! Pourquoi cette merde sa… cochonnerie même pas vivante n’a-t-elle pas détecté que le disque posait problème, et pourquoi l’installation a-t-elle tenté d’aller au bout, alors que le disque était vraiment mal cuit, lui aussi ?

Leçon #3 – Toujours avoir une clef d’avance. J’ai dû utiliser la clef de mon Raspberry pi, comme quoi, les cordonniers…

Creative Commons License

Publicités
Catégories :Informatique Étiquettes :

Oui-Oui, les Shadoks et la Plancha

11 décembre 2018 1 commentaire

Il y a peu, je râlotais contre certaines demandes abusives concernant Windows. Comme dit le philosophe, « Pas de DVD ni de clef USB de restauration, démerde-toi ! »

Grosse découverte pour moi, ou disons plutôt belle confirmation, même avec un support  d’origine et un numéro de licence valide, et bien, …

WINDOWS C’EST DE LA DAUBE MAL CUITE !

Et encore, je suis gentil.

Exemple tout récent, ça date du week-end dernier :

  • Un PC neuf, à part la caisse. Disque 1TO neuf, carte mère neuve, CPU neuf, RAM neuve, alimentation neuve, câbles neufs.
  • Un Oui-oui 10 des familles, original acheté en magasin, sous cellophane, comprenant une clef USB installable et un numéro de licence.

Déroulement des opérations :

  • Démarrage du PC avec la clef.
  • Installation
  • Reboot automatique, quelques secondes de cliquodrôme et …

 

Broken-Window-20130513

 

BSOD !

Cette s@l0p3r1E de Oui-oui s’est viandé. Le code dit qu’un fichier est foireux corrompu.

Le BSOD est joli, bien loin de ce que je connaissais sous XP par exemple. Pas de panique.

  • Tentative de réparation. Échec. Le code d’erreur dit qu’un fichier est corrompu.
  • Tentative de restauration. Échec. Le code d’erreur dit qu’un fichier est corrompu.
  • Tentative de réinstallation. Échec. Le code d’erreur dit qu’un fichier est corrompu.

Pas de panique, mais il m’est avis qu’il n’y a pas qu’un fichier qui soit corrompu. La clef, peut-être.

« Réfléchissement, Jean-Pierre »

J’ai une plancha un netbook sous Windows 10. Un drôle de bidule d’ailleurs, avec un UEFI 32 bits et un CPU 64 bits. Il ne me sert qu’à configurer ma télécommande Joli-Toc. Je dois toujours y installer Linux, de préférence avant que ma Remington ne casse sa tocante en s’emmêlant les marteaux numériques pour de bon. En attendant, Windows 10 permet de créer un clef USB d’installation, y-compris pour un autre PC. La plancha aura au moins trouvé une seconde utilité.

« Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir….
En d’autres termes… Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche… »

— Proverbe Shadok

Comme la plancha n’a pas été démarré depuis des mois, elle a tout bonnement décidé de télécharger les mises à jour, ce qui a … saturé le disque. Exit la création d’une clef d’installation.

Autres tentatives, passer par des outils tiers. Échec aussi. Soit la création de la clef USB plante, soit la clef ne boote pas, soit l’installation plante.

Apparemment, il est possible de télécharger un installable depuis le site de l’éditeur, mais c’est payant… et pas qu’un peu.

Patience !

Restent deux solutions :

  • Récupérer une version pas très légale.
  • Attendre que le netbook ait terminé sa mise à jour.

La première option est hors de question. Cf l’épisode du feu rouge. On oublie la première, et on tente d’oublier le feu rouge.

La seconde a fini par me donner une jolie clef USB qui est en cours de sauvegarde, sait-on jamais…

Vu l’heure, je tenterai une installation demain soir…

Petites précisions

  • Oui, Oui-oui conduit ma plancha.
  • Je continue de consulter pour ça.
  • Depuis, mon brutal est sous séquestre.
  • Non, le PC en cours d’installation n’est pas à moi.
  • J’assume pleinement l’abus éhonté des points de suspension …

Creative Commons License

Crédit Photo :

Catégories :Informatique Étiquettes :

Et vogue la galère (quelle #@!d3 ce Wouindoze) !

26 avril 2011 3 commentaires

Je viens de terminer la réinstallation d’un PC sous Vista. Pas mon PC, puisque je reste fidèle au pinguoin, mais celui de euh… non, pas de nom. Inutile d’accabler quelqu’un qui s’est trompé, c’est la faute du vendeur.

Au départ la mission était simple: pas de sauvegarde à effectuer (fait par le propriétaire), juste réinstaller Vista (licence valide avec numéro d’origine)) avec MSN. Ajouter un renard, un bureau ouvert et MSN version Mikro$oft…

Simple au départ, ça m’a pris une pelletée d’heures :

  • installer Vista, lui donner le compte d’admin et son numéro de licence (étiquette collée vers l’arrière du bestiau)
  • le réseau ne fonctionne pas. Pas de pilote installé. S@l<biiip>rie! Redémarrage du PC sous linux (clé USB), téléchargement des pilotes, copie sur le PC; reboot sous windows, installation des pilotes réseau; Reboot. Réseau fonctionnel. Ouf!
  • installer firefox et open office
  • windows Live (MSN), première tentative. Il m’insulte et me dit qu’il veut windows update,  service pack 2 et dot-net
  • windows update; installation réussie
  • dot-truc installé, presque sans broncher
  • service pack 2, première tentative. Insultes; il veut que j’installe des mises à jour de windblows
  • installation des mises à jour demandées. Reboot automatique.
  • service pack 2, seconde tentative. Insultes; il veut que j’installe service pack 1. Si je m’y connaissais un peu en informatique, je dirais que ça pourrait être automatisé, mais bon… trop gentil l’ourson!
  • service pack 1. Wow! Ca marche. Au moins un reboot automatique (je l’ai laissé se débrouiller tout seul, vu le soleil qu’il y avait dehors
  • service pack 2, troisième tentative. Insultes. Et M<biiip>de. Il faut installer des mises à jour
  • Installation des mises à jour. Reboot. Marrant, ça ne m’étonne plus. Ca doit être ce qu’on appelle la résilience…
  • service pack 2, n-ième tentative. J’ai cru rêver, mais ça marche. Si-si! Tout arrive (parfois).
  • pour prendre les devants, je recherche et installe d’autres mises à jour ‘importantes’ proposées par ouinnedoze update
  • installation de Windows Live. Encore un mirage (ou pas), ça s’installe presque tout seul (suivant, suivant, Ok)

On est rendus , le PC est prêt à retourner chez son propriétaire. Ca me fera de la place (et des vacances (ça tombe bien)). Par sécurité j’ai sauvegardé le PC avec CloneZilla.

Presque amusant: C’est le troisième PC que je réinstalle avec windows, à chaque fois ça a été une vraie galère, avec plusieurs heures de téléchargement (par ici le haut débit, c’est 400 kb/s), et surveillance presque continue du PC.

Pour conclure, ça me parait bien compliqué tout ça, alors qu’une installation d’un Linux grand public se fait presque toute seule, les mises à jour éventuelles se faisant dans le bon ordre. Au risque de me répéter, Windows, c’est vraiment de la m<biip>…

Creative Commons License

Catégories :Informatique Étiquettes :

Demande de remboursement de Vista – Episode 1 (et 2)

16 décembre 2008 Laisser un commentaire

J’utilise Linux, dans différentes versions depuis 1996. Pour le travail je n’ai pas d’autre choix (encore que…) que d’utiliser Windows, mais pour mes machines personnelles successives, Linux est mon inclination naturelle.

Aussi quand j’ai récemment dû changer de machine, j’ai choisi un modèle pas très récent, mais à la puissance largement suffisante pour mes besoins. Aucune mention sur le carton, ni sur la machine de référence ne fait mention de l’impossibilité de se faire rembourser la licence des logiciels fournis, dont Windows Vista en version « Home Premium ». La suite bureautique works, et les logiciels habituels de gravure de CD/DVD, ainsi qu’un antivirus sont présents sur les documentations commerciales et autres publicités, mais il n’en est pas fait mention sur le carton.

Sachant que le remboursement de ces lisences (CLUF en français, EULA en us/uk), je me lance. La machine installée physiquement, je suis les conseils du site Non aux Racketiciels.

Episode 1 – Refus du contrat de l’utilisateur final (CLUF) et installation de Linux.

Au cas où, je prends une photo de chaque formulaire affiché.

Je refuse donc le cluf sur les formulaires affichés au démarrage de la machine.

Ô surprise : impossible de passer à la suite des formulaires. Je m’attendais au moins à une demande de confirmations, mais rien. Je n’ai que le choix entre accepter la licence et donc installer définitivement windows, soit revenir en arrière.

J’éteinds donc la machine, en utilisant le bouton marche/arrêt de l’unité centrale.

Je redémarre ensuite la machine en bootant sur un CD d’installation de Linux.

Pendant la procédure d’installation, j’ai complètement reformaté puis repartitionné le disque dur, qui comprend maintenant quatre partitions: boot, home, un swap (qui ne sera à priori jamais utilisé), et une partition LVM.

Mon PC est maintenant utilisable, et je peux y restaurer les données récupérées sur le disque de mon ancien PC.

Courrier au fournisseur

La loi spécifiant que le constructeur doit nous rembourser le prix que l’on aurait à payer si l’on achetait soi-même les logiciels, je pars donc sur Internet pour une évaluation réaliste.

Je rédige un courrier de demande de remboursement du prix des licences. J’y indique une fourchette du prix estimé de ces licences.

Episode 2 – La réponse du contructeur

Pour simplifier (un peu) : * J’aurais pû acheter une machine sans système, quitte à me fournir chez la (leur) concurrence * Les logiciels autres que Windows sont des versions réduites ou d’essais, et sont donc gratuites. * Pour être remboursé, je dois renvoyer mon PC pour qu’un techniciens remplace le disque dur par un autre, vierge de tout système. Cette procédure devrait durer environ cinq jours. Le constructeur propose de me faire profiter de leur transporteur « à titre gracieux ». * Je dois signer un formulaire d’acceptation de la procédure * Le prix remboursé pour la licence windows sera de 60 Euros, car issu d’une négociation avec Microsoft. * Je n’ai droit à aucune garantie sur le logiciel après remboursement. Je me demande quel intérêt j’aurais à avoir une garantie sur un logiciel que je n’utilise pas.

Ce que j’en pense

Tout d’abord, un bon point pour le constructeur, qui ne m’a pas pris de haut, à la différence d’autres cas dont on a entendu parler. Pas de menaces, attitude correcte (même si leurs conditions le sont moins).

J’ai choisi cette machine, et donc son constructeur pour la fiabilité de la marque. Plusieurs machines de cette marque ont été achetées dans ma famille, et aucune ne pose de problème. Ces machines-là resteront sous Windows, vu que c’est le choix de leurs propriétaires. Mon choix est différent.

Il est à l’évidence inutile d’envoyer la machine pour en remplacer le disque car :

  • J’ai déjà installé un autre système d’exploitation
  • 5 jours sans PC, c’est (très) long
  • Je n’ai pas envie d’envoyer à des tiers une machine contenant des données personnelles
  • Je ne vois pas l’intérêt de faire perdre du temps à un technicien pour une opération technique inutile, sans compter la logistique associée à cette opération
  • Aucune mention sur le carton, ou ailleurs, ne précise qu’il faut envoyer la machine chez le constructeur. Dans le cas contraire, j’aurais acheté une autre marque.

A propos de la garantie sur le logiciel : le bios est à l’évidence un logiciel, mais il fait partie de la machine. Sa garantie incombe donc au constructeur.

Quelques remarques supplémentaires : * Pas de CD ou DVD d’installation; une pratique apparemment courante * Aucune licence en version papier. * Si j’avais suivi la procédure fournie par le contructeur dans leur réponse à mon courrier, je n’utiliserais toujours pas la machine, et ce plus d’un mois après son achat

Le remboursement proposé par le constructeur

60 Euros, ce qui est plus que ce qui est proposé par d’autres constructeurs, mais c’est peu si l’on compare avec ce qui est annoncé sur le carton. J’ai relevé entre autres (les prix ont été relevés sur des sites de vente en ligne).

J’ai trouvé cette version sur internet entre 127.99 Euros (eSNG) et 161,00 Euros (DirectDial), la moyenne étant d’environ 153 euros.

La suite

J’ai commencé à rédiger ma réponse à leur proposition. Ca partira dans le courant de la semaine.

Creative Commons License

Catégories :Informatique Étiquettes :
%d blogueurs aiment cette page :